La conquête de l’espace est toujours à l’ordre du jour pour la Russie qui rêve actuellement d’aménager une station spatiale en hôtel grand luxe.

Crédit : Nasa
Crédit : Nasa

Depuis quelques temps, les projets de tourisme spatial voient le jour un peu partout. Aux États-Unis déjà, plusieurs sociétés privées projettent d’organiser des escapades extra-terrestres pour des personnes aisées, mais aussi proposent à des particuliers d’envoyer des paquets ou des colis dans l’espace. Pour ce qui est des touristes spatiaux, le voyage ne se fera pas dans la durée, sauf s’ils optent pour la solution de l’hôtel russe.

La société spatiale russe Roscosmos a dévoilé son intention de construire un hôtel extra-terrestre sur la Station spatiale internationale. Un projet ambitieux qui se destine – bien évidemment – à des individus avec des moyens colossaux puisque le voyage devrait coûter aux alentours de 35 millions d’euros pour un dépaysement d’une semaine. Selon la proposition de Roscosmos, les plus téméraires – riches – pourront débourser encore 16 millions d’euros pour expérimenter une sortie dans l’espace, encadrés par un cosmonaute.

À l’origine de la proposition, l’entrepreneur spatial russe RKK Energia qui espère, à terme, développer deux modules-hôtels. Le premier module servirait à financer la construction du second qui devrait coûter jusqu’à 375 millions d’euros étant donné que le gouvernement russe ne participerait pas financièrement pour le deuxième module. L’entrepreneur a déjà commencé à dessiner les plans et autres schémas du premier module. Celui-ci abriterait un laboratoire scientifique et une station d’alimentation électrique.

L’hôtel extra-terrestre disposera – selon les plans de RKK Ernegia – de quatre chambres à coucher de deux mètres cubes. Chacune aura sa propre fenêtre de 22 centimètres, avec vue sur l’espace, et un salon “lounge” sera également disponible avec un hublot de 42 centimètres. Le module intégrera également des postes médicaux et d’hygiène histoire d’assurer la sécurité de chacun des cosmonautes et du personnel.

Le projet devrait mettre 5 ans pour être mis sur pieds. Les délais semblent serrés avec la mise hors service de la Station spatiale internationale en 2018, RKK Energia ne devra pas prendre trop de retard s’il veut vraiment exploiter le tourisme hôtelier extra-terrestre.