L’initiative est faite pour simplifier le stationnement dans les différentes communes de la région bruxelles-Capitale.

BIPaSS

C’est l’agence bruxelloise du stationnement, parking.brussels, qui a lancé mercredi cette nouvelle plateforme. BIPaSS, pour Brussels Initiative for Parking Solutions, se propose de regrouper toutes les façons de payer dans les 19 communes de Bruxelles, afin que les automobilistes n’aient qu’une seule action à effectuer : sortir leur smartphone. A l’heure actuelle, il faut en effet soit chercher un horodateur et prendre un ticket, soit une utiliser une application mobile qui fonctionne dans la commune où l’on se trouve.

BIPaSS entend harmonsier le tout, en proposant une seule plateforme qui utilise les données des communes et des applications de parking déjà existantes, afin que l’utilisateur n’ait plus qu’une application unique à utiliser pour se garer, où qu’il se trouve dans la région Bruxelles-Capitale. Cinq fournisseurs sont actuellement partenaires de BIPaSS : Whoosh, OPnGO, Yellowbrick, Be-Mobile et Parkmobile. Bon point, toutes ces applications sont gratuites et d’autres devrait les rejoindre dans le futur.

Les avantages pour l’utilisateur sont multiples : plus besoin d’avoir de la monnaie sur soi, pas d’estimation de temps de parking à donner, aucun risque de se prendre une amende, pas besoin de chercher un horodateur… A la place, il suffit d’indiquer l’heure de début de stationnement ainsi que l’heure de fin et le tour est joué. Il ne reste plus qu’à payer la facture à posteriori. En outre, l’application choisie utilise les données GPS pour informer dans quel type de zone on se trouve, quelles sont les règles en vigueur et les prix pratiqués

Pour le moment, seules les communes d’Anderlecht et de Molenbeek participent à BIPaSS. C’est un peu juste pour se faire une idée de l’efficacité du produit, mais parking.brussels promet toutefois que d’autres communes rejoindront l’initiative dès le printemps prochain. Toujours est-il que l’initiative est louable, surtout quand on estime le nombre d’automobilistes quotidiens à 700.000 en Région bruxelloise pour à peine 265.000 places disponibles.