Proximus mettra définitivement un terme à son service d’envoi et de réception de télégrammes le 29 décembre 2017, celui-ci ayant été au fil des ans remplacé par des moyens de communication plus modernes.

télégramme

En Belgique, le premier service de télégraphe électrique a été lancé en 1846, le long de la ligne de chemin de fer reliant Bruxelles à Anvers, bien avant que naisse officiellement en 1930 la RTT (la Régie des Télégraphes et des Téléphones), ancêtre de Proximus.

Originellement envoyés par des tours de télégraphe d’un point à un autre sur de grandes distances, les télégrammes continuaient à être proposés par Proximus à une poignée de clients résidentiels et professionnels. Aujourd’hui transmis par téléphone (via le 078 15 13 25), par mail (via l’adresse telegraph@proximus.com) ou par fax (0800 22 035), le télégramme conservait une valeur juridique non négligeable et était toujours utilisé par certains avocats et huissiers de justice car, en plus de servir de preuve d’envoi comme un courrier recommandé, son contenu était conservé durant deux ans par l’entreprise de télécoms.

Plus rarement, certains particuliers l’utilisaient encore dans le cadre d’un événement heureux ou malheureux (un mariage, un anniversaire, un décès, etc.).

Une déclinaison progressive face aux moyens de communication modernes

Encore populaire au début des années 80 avec plus d’un million et demi de télégrammes envoyés et reçus chaque année en Belgique, ce moyen de communication a décliné au fil des ans, remplacé peu à peu par le fax, l’e-mail, les SMS et, aujourd’hui, les messageries instantanées.

Au début des années 90, le trafic était retombé à environ un demi-million de télégrammes par an. Un chiffre qui est descendu à 150.000 au début des années 2000 puis à seulement 50.000 environ dix ans plus tard. En 2017, à peine plus de 8.000 télégrammes ont été envoyés et reçus durant les 11 premiers mois, ce qui représente une baisse de plus de 20% par rapport à 2016. Face à cette baisse, Proximus a donc logiquement décidé, à l’image de nombreux autres pays voisins, de mettre définitivement fin à son service des télégrammes. L’entreprise a bien sûr averti ses clients réguliers à qui ont été proposées des solutions alternatives.

Pour ceux qui voudraient encore profiter du service, les moyens cités plus hauts peuvent donc encore être utilisés jusqu’au 29 décembre 2017. Une équipe de sept personnes travaillant au service des renseignements téléphoniques (1207/1307) s’y consacrent. Vous trouverez toutes les informations relatives aux demandes d’envoi de télégrammes sur la page dédiée du site Proximus.