La smart TV, comme tout objet connecté, en sait long sur nos habitudes et nous espionne au sein même de nos foyers.

Smart TV

Nantie d’une connexion à large bande, la smart TV permet de surfer sur Internet, d’accéder à des services de streaming ou encore à écouter notre musique préférée. Elle est au cœur de la maison connectée et est l’un des objets connectés les plus couramment adoptés par les consommateurs.

Selon une étude menée par le portail de statistiques Statista, plus d’un quart des foyers possédant une télévision en Allemagne disposaient d’une Smart TV en 2016. Sa popularité augmente et les fabricants ajoutent sans cesse de nouvelles fonctions, comme la présence d’assistants personnels basés sur l’intelligence artificielle en intégrant le contrôle de thermostats, d’éclairages et de serrures.

Mais le revers de la médaille est que la smart TV relève inévitablement une quantité importante d’informations sur le domicile et les habitudes du consommateur. Elle scanne par exemple tout le réseau domestique pour trouver d’autres objets connectés, recueille plusieurs centaines de pages d’informations textuelles sur l’utilisateur et envoie ces informations à des serveurs.

Selon Avira, une Smart TV recueillerait jusqu’à 750 pages d’informations textuelles sur la personne qui l’utilise en une heure seulement. Lors de ses tests, l’organisation a également noté que la Smart TV avait transféré ces données sur plus de 13 serveurs différents, qui n’ont pas pu être identifiés. Plus inquiétant encore, certaines données auraient été transmises à des services sur lesquels le propriétaire du téléviseur ne s’est pas inscrit, et auraient été collectées lorsque l’appareil était éteint.

Si le but est de vérifier le bon fonctionnement de l’appareil et d’obtenir nos habitudes de consommation, on ne sait pas vraiment quelles sont les informations recueillies ni où elles vont exactement. Une inconnue qui soulève des questions sur les habitudes et les intentions des constructeurs de téléviseurs, qui avaient déjà été accusés par le passé de récolter des données à l’insu de leurs clients…