Des ordinateurs quantiques au service de l’industrie automobile

Par posté le 28 novembre 2017

Un des plus gros groupes automobiles du monde s’est associé au géant du web afin de profiter de la puissance de calcul offerte par ses solutions quantiques.

Volkswagen Google

C’est lord du Web Summit qui s’est tenu à Lisbonne que les deux marques ont annoncé leur collaboration. L’idée d’utiliser cette technologie réside surtout dans le fait de disposer d’une puissance de calcul bien supérieure à des superordinateurs plus communs. Le premier champ de recherche des ingénieurs de Volkswagen est l’optimisation du trafic. En ayant la possibilité d’inclure plus de variables dans leurs calculs, ils pourraient faire des progrès dans la programmation de GPS pour inclure des zones de charge par exemple, mais aussi avancer à pas de géant dans le domaine de la conduite autonome et semi-autonome. La détection des autres usagers et la possibilité de savoir ce qu’ils font est en effet essentielle pour ce genre d’application.

Le deuxième objectif est de conduire des tests toujours plus poussés sur les batteries des véhicules hybrides et électriques. Les trois gros défis à relever sont augmenter l’autonomie, diminuer les temps de charge et proposer des systèmes de batteries fiables avec une longévité au moins comparable à celle d’un moteur thermique.

Enfin, le troisième domaine de recherche dans lequel les ingénieurs souhaitent avancer est le machine learning, afin de laisser la possibilité à chaque voiture d’apprendre des habitudes de son conducteur, pour lui proposer par exemple des trajets sur-mesure. De son côté, Google se dit « honoré » de mettre à disposition son matériel quantique pour contribuer à la recherche dans l’industrie automobile.

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>