Le géant des moteurs de recherche a affirmé géolocaliser à leur insu les utilisateurs de smartphones Android. Une collecte qui devrait cesser prochainement.

Crédit : Ron Amadeo
Crédit : Ron Amadeo

Un utilisateur un peu paranoïaque pourrait se sentir davantage en sécurité en désactivant la géolocalisation et en n’utilisant aucune application qui nécessite cette fonctionnalité, voire même en se passant de carte SIM. Et pourtant, cela ne serait pas encore assez contre le géant Google, surtout s’il se connecte à Internet.

En effet, la firme de Mountain View a été prise la main dans le sac par une équipe de journalistes de Quartz qui a révélé que Google collectait en permanence les informations concernant les numéros de cellules de téléphones sous Android, que la géolocalisation soit activée ou non. Ce « numéro de cellules » correspond à l’antenne relais du téléphone, un identifiant propre à chaque opérateur indispensable pour communiquer qui permet une localisation plus ou moins précise du téléphone.

Les journalistes de Quartz ont d’ailleurs eu la confirmation de la part de Google par rapport à cette collecte de données bien que ce dernier affirme qu’aucune donnée de ce type n’a été stockée. Selon Google, les données de cellules GSM sont effectivement collectées depuis janvier 2017, avec la mise à jour de Firebase Cloud Messaging, un service de messagerie de notifications intégré par défaut dans les smartphones et téléphones sous Android. Le but étant d’« améliorer la vitesse et la performance de l’acheminement des messages ». On peut toutefois se demander dans quelle mesure le fait de savoir la localisation d’un téléphone permet à Google de mieux gérer l’acheminement des messages et des notifications. D’autant que, selon le géant de l’informatique, ces données n’auraient jamais été utilisées dans ce cadre.

Une révélation qui suscite des questionnements. En effet, pourquoi collecter des données qui ne serviraient à rien? Il est évident que connaitre les déplacements des individus en temps et en heure, ainsi que les lieux et magasins qu’ils ont visités est véritablement du pain béni pour permettre de toucher les consommateurs avec des publicités mieux ciblées.

Quoiqu’il en soit, Google a promis d’arrêter cette pratique d’ici à la fin du mois.