Test – Outcast Second Contact : un classique de la Science-fiction remis au goût du jour

Par posté le 20 novembre 2017

Financé par le biais d’une campagne de crowdfunding, le remake d’Outcast – qui est considéré par de nombreux joueurs comme un classique de la science-fiction – était attendu au tournant. Le jeu du studio belge Appeal tient-il toutes ses promesses ? La réponse dans notre test complet !

outcast1

Il y a 18 ans, précisément, un petit studio de développement belge sortait l’un des meilleurs jeux de science-fiction de tous les temps. Unique en son genre, Outcast proposait au joueur de se plonger dans un vaste monde ouvert à la recherche de réponses aux nombreuses questions que soulevaient son scénario. Près de deux décennies plus tard, ses créateurs décident de remettre au goût du jour leur jeu et lancent une campagne de financement participative sur la plate-forme de crowdfunding KickStarter. Couronnée de succès, l’initiative poussera l’éditeur BigBen Interactive à soutenir le projet, pour que le remake du jeu sorte également sur consoles de salon.

Et d’un point de vue purement graphique, il faut l’avouer, Appeal Software a réalisé un travail extraordinaire. Outcast : Second Contact a tout d’une grosse production. Plus qu’un simple remaster, Appeal nous livre un remake en bonne et due forme, avec des graphismes parfaitement remis au goût du jour et un univers enchanteur à explorer. Comme son ancêtre, le jeu tire une grande partie de son intérêt de ses vastes décors en monde ouvert, qui recèlent de secrets à découvrir. Plutôt fluide, le jeu fait plutôt honneur aux capacités des développeurs à remettre au goût du jour un titre qui était graphiquement totalement dépassé. Assez paradoxalement, si les modélisations et les décors ont eu droit à un solide travail, les animations semblent elles sorties d’un autre âge. Un « détail » pour certains, qui pourra toutefois gêner les plus jeunes, pas habitués à une telle vulgarité.

outcast2

Du côté du contenu à proprement parler, le jeu n’a pas non plus énormément évolué. Les développeurs se sont contentés d’ajouter une vilaine séquence d’introduction – en 2D – et d’agrandir certaines zones de jeu, et c’est à peu près tout. Le gameplay n’a absolument pas évolué, et c’est probablement ce que l’on reprochera le plus à ce remake, qui essaye tant bien que mal de remettre au goût du jour une formule qui fonctionnait parfaitement il y a 18 ans, mais qui a bien mal vieilli. Si l’exploration représente l’épine dorsale du titre, et fonctionne toujours plutôt bien, en grande partie grâce aux superbes décors du jeu, les séquences de combat – d’une simplicité déconcertante puisqu’il s’agit de « locker » un ennemi pour le canarder tout en évitant ses tirs en straffant de gauche à droite et de droite à gauche – ne présentent plus beaucoup d’intérêt. La présence d’un jetpack dans l’arsenal du joueur aurait pu rendre l’action beaucoup plus palpitante, mais les développeurs se sont malheureusement contentés de l’utiliser pour accélérer les déplacements du joueur uniquement. Pas question donc de survoler les zones. Dans le même registre, on notera qu’il est possible de faire évoluer ses armes – un concept intéressant, même si dans la pratique les combats sont sans doute les séquences de jeu les moins intéressantes d’Outcast : Second Contact.

outcast3

Enfin, il est important de noter que si cette fidélité au matériau d’origine réjouira les joueurs les plus nostalgiques, les plus jeunes risquent malheureusement de se sentir complètement largués dans cet univers hostile. La plupart des quêtes consistent en effet à trouver des indices, par un système de dialogues pas très excitant, pour se rapprocher progressivement de son but. Le joueur n’a pas droit ici à une boussole ni à une flèche qui lui montrerait la direction à prendre. Il faudra donc passer par les menus – joliment remis au goût du jour, heureusement ! – pour faire le tour des informations glanées à gauche et à droite pour trouver son chemin. Le concept est intéressant, et fera sans doute ronronner quelques joueurs nostalgiques, mais l’idée laissera également sur le carreau bon nombre de joueurs, pas habitués à devoir effectuer des recherches et sortir un calepin de leur poche pour trouver leur chemin.

outcast4

Pour le reste, l’univers du jeu est très séduisant. Avec son scénario de mondes parallèles, son intrigue bien ficelée et ses nombreux dialogues, Outcast : Second Contact devrait séduire les passionnés de science-fiction et plus particulièrement encore les fans de Star Trek. On regrettera toutefois là aussi que la narration ait pris un vilain coup de vieux, et que la cinématique d’introduction ne soit pas plus réussie. Malgré les petits moyens du studio, il y avait sans doute moyen de faire beaucoup mieux…

Malgré ses nombreuses qualités, Outcast : Second Contact ne parvient pas tout à fait à convaincre, la faute en grande partie à son gameplay qui n’a que trop mal vieilli et quelques manquements qui auraient pu justifier son plein tarif. Mais au prix auquel il est proposé (environ 45€), difficile de l’acheter les yeux fermés. Car dans la pratique, seuls les joueurs les plus nostalgiques devraient réellement apprécier cette expérience vraiment unique en open-world, mêlant exploration et enquête. Riche en contenu, et passionnant de bout en bout, Outcast n’est malheureusement pas un titre grand public, mais davantage un jeu de niche se destinant avant tout aux passionnés de science-fiction. Avis aux amateurs…

Les + :

- Les décors, plutôt jolis et variés
- Un open world séduisant
- Quelques bonnes idées
- Les nouveaux menus
- Des armes évolutives
- L’ambiance particulière du jeu

Les – :

- Des animations d’un autre âge
- La vidéo d’introduction
- Un gameplay qui a mal vieilli
- Trop cher
- Pas d’indications sur les objectifs à suivre

Conclusion

Avec Second Contact, Appeal nous livre un excellent remake d’un monument de la science-fiction. Malheureusement, si le studio de développement belge est parvenu à joliment remettre au goût du jour son jeu, avec un moteur graphique flambant neuf, le titre n’a pas évolué au niveau de son gameplay et prend du coup un sacré coup de vieux. Les séquences d’action déstabiliseront sans doute ceux qui n’avaient pas joué au titre original, au même titre que la quête permanente d’indices pour avancer dans le scénario du jeu. Clairement destiné aux vieux de la vieille, qui avaient bouclé l’aventure d’une seule traite à l’époque, Outcast : Second Contact pourrait toutefois également séduire de nouveaux joueurs grâce à sa réalisation de haute volée, son positionnement unique et son univers, aussi riche que passionnant à explorer.



12/20


Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Un commentaire

  1. Gauthier

    21 novembre 2017 at 15 h 20 min

    La campagne de crowdfunding à l’époque n’a pas aboutie par manque de communication, ce remake n’a pas été financé par le crowd comme indiqué par l’article.

    De plus, “le titre n’a pas évolué au niveau de son gameplay” : c’est un remake avant tout.

    Je ne comprends absolument pas les notes à l’égard de ce titre qui sont si faibles. On parle vraiment d’un REMAKE, pas d’un nouveau titre, et à cet effet c’est un remake qui a été énormément retravaillé. Les testeurs, ici aussi, cotent le titre comme s’il s’agissait d’un titre neuf, c’est absolument ridicule.
    Outcast c’est à l’époque un titre qui était à 19/20 sur JV.com. C’est un travail de remake exceptionnel d’un titre à l’époque exceptionnel, et c’est donc un remake très réussi sur base de critères pour remakes.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>