Quatre jeunes ingénieurs inventent un boitier qui permet de dépister le cancer de la peau

Par posté le 10 novembre 2017

Un dispositif high-tech capable d’identifier des lésions cancéreuses de la peau remporte le prix James Dyson. À l’origine de cette innovation, quatre jeunes ingénieurs canadiens de l’université McMaster.

boitier

Ce boîtier connecté, baptisé sKan, est capable très rapidement de discerner la présence d’un mélanome grâce à des capteurs thermiques qui mesurent la température de la peau dans une zone localisée. 

Ce dispositif innovant, développé par quatre jeunes ingénieurs canadiens de l’université McMaster, a séduit le jury du concours d’invention James Dyson Award 2017 pour la facilité de son utilisation et l’espoir qu’il représente pour sauver des vies à travers le monde, grâce à un dépistage précoce. 

Directement fixé sur la peau, l’appareil applique du froid dans la région testée afin de créer un choc thermique, puis il enregistre la vitesse à laquelle la peau regagne sa température initiale. Plus ce laps de temps est rapide, plus la probabilité de présence d’un mélanome est élevée, car les cellules cancéreuses regagnent de la chaleur plus rapidement que les cellules saines.

Les résultats de la mesure de l’appareil sont alors transmis à un ordinateur et cartographiés. On peut ainsi observer combien de temps les différentes zones de la peau ont mis pour sauvegarder de la chaleur.

Grâce à une enveloppe de 34.000 euros, l’équipe d’ingénieurs à l’origine de cette innovation santé pourra développer son prototype et engager des essais cliniques à plus long terme.

Chaque année, 200.000 nouveaux cas de mélanome sont diagnostiqués dans le monde. Le chiffre atteint environ 80.000 en France. Détectés à temps, 90% des cancers cutanés peuvent être traités. 70% des cancers de la peau sont liés à des expositions excessives au soleil, principalement des expositions intermittentes et intenses pendant l’enfance.

Concours d’invention créé par l’inventeur britannique James Dyson en 2004, le James Dyson Award récompense chaque année des étudiants de niveau universitaire en design industriel, design produit ou ingénierie, originaires de vingt-trois pays, pour leur ingéniosité et leur créativité.

L’année dernière, le prix avait récompensé une jeune Américaine, Isis Shiffer, pour son casque en papier pliable et recyclable “EcoHelmet”, spécialement adapté au vélo en libre-service.

AFP

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>