Test – Idol 5 : un smartphone taillé pour le multimédia, à un prix modeste

Par posté le 8 novembre 2017

Présenté lors de l’IFA, en septembre dernier, l’Idol 5 est le nouveau porte-étendard d’Alcatel. Elégant, le smartphone affiche également une jolie fiche technique pour un prix modeste. Une bonne affaire pour le consommateur?

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Proposé au prix de 239€ en magasin, l’Idol 5 est un smartphone d’entrée de gamme aux performances plutôt impressionnantes pour un modèle low-cost.

Contrairement à la plupart des modèles d’entrée de gamme, le smartphone d’Alcatel est équipé d’un écran Full HD de 5,2″, affichant une densité de pixels 423ppi tout de même, avec un excellent contraste et un haute lisibilité, même en extérieur.

Modèle low-cost oblige, on retrouve à l’intérieur un processeur MediaTek MT6753 à huit cœurs cadencés à 1,5 GHz, qui est épaulé par 3 Go de RAM. La navigation est globalement très fluide, même si l’on se doute que l’appareil aura sans doute tendance à ralentir avec le temps. Quoi qu’il en soit, la fiche technique n’a pas à rougir même face à des appareils vendus au-delà des 300€.

D’autant plus que sur le plan visuel, le smartphone est très élégant avec sa robe métallique – qui le rend beaucoup plus résistant que son ainé!-, et ses jolis bords arrondis.

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Plus intéressant, on notera qu’Alcatel a même songé à glisser un lecteur d’empreinte digitale au dos de l’appareil, lequel s’avère parfaitement fonctionnel.

Autre bonne surprise, le bouton “Boom”, présent sur l’Idol 4, a totalement disparu. Vu son utilité très relative, on ne peut qu’applaudir…

On regrettera en revanche les deux gros bandeaux noirs en haut et en bas de l’écran, qui avalent une partie non-négligeable de l’espace disponible pour l’affichage, et l’utilisation de micro-boutons de navigation en bas de l’écran.

Vu son prix, Alcatel a bien dû faire quelques concessions, et notamment au niveau de la mémoire – limitée à 16 Go d’espace de stockage, Dieu merci extensible. Pas de grosse surprise pour le reste puisque l’appareil n’embarque aucun système de reconnaissance faciale ni aucune réelle innovation. Pas même de connecteur USB-C. L’aspect logiciel déçoit également. Et pour cause puisqu’Alcatel nous livre un smartphone sous Android Nougat, une version dépassée du logiciel de Google, livrée avec une surcouche minimaliste.

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Mais la véritable déception vient du niveau de l’audio avec la disparition des deux haut-parleurs frontaux qui offraient à l’Idol 4 de solides performances en multimédia. Le résultat cette fois est beaucoup moins convaincant, et surtout difficile à justifier, dans la mesure où l’Idol 5 conserve une forme similaire à celle de son ainé…

Pour l’appareil photo, le constat est globalement plutôt positif. Sans briller, le capteur dorsal de l’Idol 5 fait plutôt bien son boulot. Là encore, vu le prix, pas de double capteur ni de large ouverture. Mais le résultat n’en reste pas moins satisfaisant de jour grâce au capteur de 13 mégapixels (avec une ouverture f/2.0), capable de prendre des photos parfaitement contrastées. Le résultat est un peu plus décevant à l’avant avec le capteur de mégapixels, couplé pourtant à un flash frontal, qui capture des images bien ternes…

Les + :

- Un joli design
- Un excellent rapport qualité / prix
- 3 Go de RAM
- L’écran
- Le lecteur d’empreinte digitale
- Plus résistant que l’Idol 4

Les – :

- L’appareil photo frontal
- L’audio
- Une version datée d’Android

Conclusion

Si on regrettera la disparition du double haut-parleur frontal, la version datée d’Android qu’il embarque et ses maigres performances en photographie, l’Idol 5 n’en reste pas moins une excellente alternative aux appareils milieu de gamme, avec sa fiche technique solide, son joli design et ses excellentes performances. Taillé pour le gaming et le multimédia, le smartphone d’Alcatel est une alternative très bon marché aux Galaxy A5 et autres Nova 2, qui n’a pas à rougir malgré son prix très doux. On appréciera en particulier son design très élégant, avec son châssis en métal, qui le rend également plus résistant que son ainé.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>