Test – Lego Ninjago : une adaptation qui déçoit

Par posté le 4 novembre 2017

Le nouveau film d’animation LEGO s’accompagne d’une adaptation vidéoludique pour permettre aux plus petits de prolonger le plaisir de l’épopée dans l’univers des ninjas.

lego ninjago

Jouets très populaires, les Lego Ninjagos avaient déjà été portés sur le petit écran sous la forme d’une série d’animation en 2011, puis en jeu vidéo, sur DS la même année, avant d’avoir droit à une adaptation en bonne et due forme sur grand écran. Contrairement aux autres films LEGO, Ninjago vise toutefois un public beaucoup plus jeune…

Un film, un jeu vidéo

lego-ninjago

Étant une adaptation du film éponyme, le jeu vidéo reprend évidemment les grandes lignes de celui-ci. On retrouve donc tous les personnages emblématiques : Maître Sensei Wu et les apprentis Ninjas Kai, Jay, Zane, Nya et autres. Face à la menace imminente, les apprentis vont s’unir pour combattre les méchants, sorte de serpents humanoïdes. Et que serait une histoire de Ninjas sans des techniques de combats d’arts martiaux ? LEGO Ninjago nous plonge ainsi dans un univers mêlant art martial, honneur et le caractéristique humour de la franchise LEGO.

Pour arriver à terrasser leurs ennemis, nos petits personnages devront acquérir toute la sagesse de combat du Spinjutsu, un art martial ancestral, contraction de ninjutsu et spinner, à savoir toupie en anglais.

Une recette qui marche, trop ?

PREVIEW_SCREENSHOT3_155301

La franchise LEGO repose en grande partie sur l’humour, ce qui a fait la renommée des jeux. On retrouve donc beaucoup de situations cocasses ainsi que des dialogues d’une grande richesse d’esprit. Les personnages sont tous très bavards, et pour cet épisode, les plaisanteries sont tantôt fort drôles, tantôt fort décevantes. Et à juste titre puisque LEGO Ninjago use et abuse de clichés, tant au niveau des blagues que de l’humour des Ninjas.

Recyclant encore et toujours les bases de la saga LEGO, le jeu donne l’impression de n’être qu’une énième adaptation vidéoludique, sans âme ni originalité. En monde semi-ouvert, le jeu conserve les mécanismes de base de ses ancêtres en enchainant séquences d’action, de construction et énigmes. Rien de très original en soi, mais un concept qui demeure efficace.

Le point positif qu’on peut facilement accorder à LEGO Ninjago, le film – le jeu vidéo est sans nul doute le mode coop’ qui se fait en écran splitté. Un aspect très bien maîtrisé qui permet de jouer à plusieurs en évitant de perdre son personnage à l’écran.

Les arts martiaux à la rescousse d’un concept en peine

LEGO®-NINJAGO®-Le-film-_-le-jeu-vidéo_20171012141747

Si LEGO Ninjago manque fortement de nouveautés, on pourra tout de même se réjouir d’une complexification des combats. Univers de ninjas oblige, les affrontements se feront sur base d’enchaînements de techniques de combat plutôt épiques et complexes dignes des plus grands arts martiaux. Terrasser un ennemi ne se résumera pas à marteler sa commande pour enchaîner quelques coups de poing et de pied. Ainsi, l’introduction du jeu se fera au sein du dojo de Maître Wu, afin de découvrir et maîtriser les diverses techniques d’affrontements plutôt sympathiques et qui ont le don de changer.

Un tutoriel assez long qui nous obligera à affronter Maître … Poulet ainsi que ses sbires. Une mise en bouche plutôt intense, mais utile puisque certaines techniques se montrent très strictes. À l’inverse, certains passages seront plutôt frustrants étant donné l’aspect rudimentaire de certains enchaînements.

Au fil de l’aventure, l’éventail des coups s’enrichira, de quoi réduire en pièces – c’est le cas de le dire – les divers ennemis rencontrés durant l’aventure. En effet, dans cet épisode de LEGO, les ennemis se montreront parfois plus forts qu’à l’accoutumée, capable d’esquiver ou de se protéger contre les attaques.

“La fureur du Spinjutsu”

f3639876962ff6e042f66252c42dd49a

La particularité de LEGO Ninjago se tient dans cet aspect nostalgique des films d’arts martiaux des années 70-80 à la bande son et aux images toujours aussi cultes, teintés d’une aura asiatique. Avec ses musiques épiques lors des combats ou des moments clés de l’histoire, le joueur est plongé au sein des vieux films de Jackie Chan ou Bruce Lee. Avec ces gros plans sur les yeux des combattants, les ralentis et les phases d’affrontement très chorégraphiées durant les cinématiques, la nostalgie nous prend aux tripes et il faut bien l’avouer, c’est plutôt agréable. Les clichés sont donc au rendez-vous, mais quel plaisir. Dommage tout de même que le projet soit aussi peu ambitieux, car Lego Ninjago est en soi un titre très agréable à parcourir.

Enfin, on regretta également la présence de nombreux bugs et ralentissements au sein du jeu. Latence pour changer de personnage, mouvements labiales en incohérence avec les dialogues, problèmes lors de sauts, certains bonhommes jaunes sont bloqués malgré l’absence d’obstacle, des soucis qui peuvent peut-être s’expliquer par un manque de temps pour peaufiner les détails, histoire de sortir le jeu en même temps que le film.

Les + :

- L’humour des personnages
- Les modes de jeu en multi et coop’
- La bande son en mode « Kung Fu Fighting »
- Les combats sont dynamiques
- Les combos apportent une certaine jouissance
- L’atmosphère qui se rapproche fortement des vieux films d’arts martiaux

Les – :

- Les chargements sont extrêmement longs
- Les cinématiques
- Un skin des anciens jeux
- L’humour parfois lourd
- De nombreux bugs et ralentissements

Conclusion

Divertissant et finalement parfaitement adapté à l’audience qu’il cible, Lego Ninjago n’en reste pas moins un jeu bâclé, rempli de bugs, et qui n’est surtout qu’un skin des anciens épisodes, avec quelques légères nouveautés seulement. S’il devrait plaire aux plus petits et aux amateurs des vieux films d’arts martiaux des années 80, le titre peine à convaincre en suivant à la lettre le schéma des précédents opus. Heureusement, l’humour est toujours au rendez-vous, et les combats restent plus dynamiques que d’accoutumée.



11/20


Pigiste chez Geeko et Belgium-iPhone.
Twitter : @JennMrtns

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>