Le numéro anti-harcèlement victime d’une campagne de haine sur la toile

Par posté le 2 novembre 2017

Les deux personnes à l’origine de la mise en place d’un numéro de téléphone anti-relou ont fait l’objet d’une mobilisation de haine de la part de plusieurs milliers d’internautes.

2c297c297b26f774aebacbee6afe8495

Mis en service le vendredi 27 octobre, le numéro anti-relou proposait d’envoyer un SMS pédagogique pour expliquer les concepts d’harcèlement et de consentement. Une initiative que voulait aider les femmes victimes de personnes trop persévérantes pour avoir leur numéro de téléphone.

Les deux français à l’origine du projet, Clara Gonzales et Elliot Lepers ont été victimes d’une véritable campagne de bashing ces dernières heures. Après avoir atteint le plafond de leur budget étant donné son succès – plus de 30.000 messages durant le weekend -, le service avait été désactivé temporairement pour faire un appel au don. Une initiative qui leur avait ainsi offert une certaine visibilité.

Mais le succès du concept n’a pas eu que des impacts positifs… C’est à travers un tweet qu’Elliot Lepers a déclaré avoir fait l’objet de plusieurs milliers de messages de haine et de menaces à son encontre ainsi qu’envers sa collègue, Clara Gonzales. C’est en tout cas ce qu’on peut lire sur le communiqué publié depuis son compte personnel. Une lettre qui explique d’ailleurs pourquoi le service a été coupé.


On peut ainsi lire que ce sont « plus de 20.000 messages d’insulte » qui leur ont été envoyés à partir de lundi, 16h00. Les deux militants ont annoncé qu’ils n’en resteraient pas là et qu’ils entreprendraient les démarches juridiques pour déterminer les responsables de la campagne afin qu’ils soient poursuivis.


La campagne en question a pris place sur Twitter ainsi que sur le forum « 18/25 » du site « Jeuxvideo.com ». Les deux fondateurs ont interpellé les dirigeants de Twitter et de Webedia, société éditrice du site de jeux vidéo, étant donné la non-réaction des deux face à la publication de menaces de mort sur leur plateforme. Après coup, le groupe Webedia s’est tout de même exprimé via un communiqué, condamnant fermement les attaques ainsi que « toute forme d’incitation à la haine et à la violence ». C’est également l’occasion pour Elliot Lepers de souligner l’importance de lutter contre le cyber-harcèlement.

Pour l’instant, le numéro anti-relou reste désactivé, mais les deux militants ne comptent pas en rester là et mettre en place un nouveau service.

Pigiste chez Geeko et Belgium-iPhone.
Twitter : @JennMrtns

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>