Test – Fire Emblem Warriors : une belle surprise sur Switch

Par posté le 27 octobre 2017

Attendu au tournant par les fans de la série, le spin-off de Fire Emblem tient toutes ses promesses et s’impose comme l’un des titres incontournables de cette fin d’année sur Switch.

fire emblem warriors

Que les amateurs de Musô se réjouissent, le genre a encore de beaux jours devant lui! Aujourd’hui, même les plus gros acteurs du marché n’ignorent plus ce genre de jeux, devenu très populaire surtout au Japon. Après Hyrule Warriors, le spin-off de Zelda, Nintendo nous livre un nouveau spin-off de l’une de ses franchises cultes, le bien-nommé Fire Emblem Warriors, dont l’univers se prêtait particulièrement bien à ce type d’adaptation… Pour s’assurer d’un succès, Nintendo a choisi également de confier le projet aux mêmes équipes qui s’étaient déjà chargées de porter l’univers de Zelda en beat them all.

Malheureusement pour les habitués de la série, Fire Emblem perd un peu de son identité avec ce spin-off. Les développeurs se sont en effet contentés du minimum syndical sur le plan scénaristique, assemblant tant bien que mal un scénario en tirant des éléments de plusieurs épisodes de la franchise. Le résultat n’est pas franchement épatant, malgré la présence de quelques jolies cinématiques. La plupart des dialogues devront être suivis dans des bulles apparaissant au-dessus des illustrations des personnages. L’histoire se concentre ici sur le prince Rowan et sa soeur jumelle, qui vont tenter tant bien que mal de sauver leur royaume d’une terrible menace.

fire emblem warriors2

En revanche, du point de vue du gameplay, rien à redire. Les développeurs ne se sont clairement pas contentés ici d’un simple “skin”. Un véritable travail de fond a été opéré au niveau des attaques, beaucoup plus dynamiques que dans un Musô traditionnel. Les personnages que l’on incarne sont très puissants et sont capables de déchainer des attaques d’une violence exceptionnelle en faisant tournoyer dans les airs leurs adversaires. Quelques petites touches d’originalité sont aussi au programme. Ainsi, il sera possible de déchainer des attaques duo, pour ravager les rangs adverses. Les personnages secondaires permettront également de soigner ses troupes sur le champ de bataille. Plus intéressant, il est même possible de donner des ordres à ses unités pour les faire se déplacer sur le vaste champ de bataille et pouvoir ainsi attaquer un ennemi sur plusieurs fronts simultanément.

Pour le reste, Fire Emblem Warriors reste un Musô très classique dans lequel le joueur devra affronter des centaines de fantassins, archers et cavaliers sur un vaste champ de bataille. L’objectif ici est d’éliminer les commandants ennemis pour progresser dans le niveau et pouvoir accéder au général, qu’il faudra terrasser. Quelques objectifs secondaires apparaîtront également pour varier les plaisirs, mais rien de très folichon.

fire emblem warriors3

Arbres de compétence, matériel à récupérer sur le champ de bataille, vente et achat d’armes et gestion de l’escouade sont également au programme. Un peu plus profond qu’un Musô traditionnel, Fire Emblem Warriors se distingue des autres titres du genre par son univers bien sûr, mais aussi son dynamisme. Malheureusement, le jeu conserve les défauts de tous les autres titres du même genre : les décors sont souvent vides et ternes, le gameplay est très répétitif, l’intelligence artificielle est complètement à la rue et la mini-carte reste très brouillonne. Amusant les premières heures de jeu, le titre montre vite ses limites. Visuellement, le titre se défend sans faire de miracle.

L’ensemble est heureusement supporté par une bande sonore efficace, qui rythmera parfaitement les combats, et des doublages en anglais (avec la possibilité de télécharger les doublages japonais, pour les puristes).

fire emblem warriors4

Pour ce qui est de la durée de vie, il faudra compter entre 12 et 20 heures de jeu pour en voir la fin. Après quoi, il sera toujours possible de rejouer certains passages inspirés des jeux Fire Emblem dans le mode Chroniques, qui vient rallonger la durée de vie de quelques heures. Un mode coopératif à deux joueurs est également présent, mais la fluidité du jeu en prend malheureusement un coup. A ce sujet, on notera que Nintendo propose une option qui permet de favoriser l’affichage ou la fluidité, avec du 1080p à 30 images par seconde et du 720p à 60 images par seconde. Intelligent!

Les + :

- Une solide durée de vie
- Un gameplay nerveux
- Un peu plus profond qu’un Musô classique
- L’univers du jeu
- 60 images par seconde!
- La bande sonore

Les – :

- Le coop’
- Des ennemis idiots
- Des décors vides et ternes
- La mini-carte
- Par nature répétitif

Conclusion

A défaut d’être un titre original, Fire Emblem Warriors s’impose comme un très bon Musô et un titre à posséder absolument pour tous les fans de la franchise. Plus nerveux qu’un Dynasty Warriors, le jeu de Koei est également un peu plus profond que ses congénères. Il conserve toutefois les défauts intrinsèques des jeux du genre. Ultra-répétitif par nature, Fire Emblem Warriors n’en reste pas moins un titre agréable à parcourir, par courtes sessions de jeu.



14/20


Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>