Test – Dragon’s Dogma Dark Arisen : une réédition séduisante sur PS4 et Xbox One

Par posté le 18 octobre 2017

Fort critiqué pour sa fluidité chancelante à l’époque, le sympathique Dragon’s Dogma s’offre une réédition sur Xbox One et PS4, qui réjouira les amateurs de jeux de rôle passés à côté de cet excellent jeu en 2012.

dragons dogma

S’il n’avait pas rencontré le succès escompté – en raison notamment de ses nombreux petits défauts techniques -, Dragon’s Dogma avait toutefois avait eu droit à une première extension en bonne et due forme avec l’épisode Dark Arisen, sorti sur PC, Xbox 360 et PS3. Capcom nous livre aujourd’hui une réédition de son jeu, à la sauce nouvelle génération, avec une édition gold qui rassemble le jeu original et son extension. Un contenu très riche qui est surtout mis en valeur ici par des améliorations notables au niveau de la fluidité du jeu.

Mais que les fans du jeu originel ne s’enthousiasment pas trop car cet épisode reste un portage plutôt paresseux. Pas de nouveau moteur graphique à l’horizon ni d’amélioration au niveau des modélisations et textures donc, mais une meilleure fluidité, grâce aux consoles de dernière génération, beaucoup plus puissantes, qui permettent de se plonger dans le jeu de manière optimale. Vu son prix très honorable – la réédition est vendue 25€ sur ONE et PS4 -, difficile d’être déçu, d’autant plus que beaucoup de joueurs étaient passés à côté de ce titre à l’époque et pourraient donc avoir une très belle surprise en le découvrant pour la première fois…

dragons dogma 2

Dans le fond comme dans la forme, le jeu n’a donc pas changé d’un iota : on se retrouve face au titre originel et son extension, Dark Arisen, qui proposait de se plonger dans de nouveaux environnements plus sombres, contrastant avec les décors très colorés de l’épisode originel.

L’originalité du jeu, par rapport aux autres jeux de rôle japonais, vient du fait qu’il se déroule en temps réel, à la façon d’un Skyrim. Le joueur crée son personnage, choisit sa classe (archer, guerrier ou mage) et part à l’aventure dans un univers médiéval fantastique vaste et très riche qui le confrontera à des créatures gigantesques.

Contrairement à un Skyrim, le jeu propose toutefois de contrôler à la fois son personnage et ses pions, des personnages secondaires qui obéissent à trois ordres de base et vous accompagnent dans chaque combat. Bien choisir leurs caractéristiques et leur classe sera essentiel pour progresser sans encombre. Car le eu est beaucoup plus stratégique qu’il n’y paraît…

dragons dogma 3

Les ennemis étant plutôt costauds, il faut être patient et surtout faire preuve de stratégie pour les terrasser. Le jeu de Capcom est en effet un titre moins accessible qu’un Skyrim, qui mise sur la richesse de son gameplay et la diversité du bestiaire pour séduire le joueur. Vous y affronterez harpies, dragons et créatures mythologiques en tous genres, qui nécessiteront à chaque fois des approches très différentes pour être vaincues.

On regrettera toutefois que le plaisir de jeu soit gâché par la médiocrité de l’intelligence artificielle, tant de vos alliés que des ennemis, qui se retrouvent parfois bêtement bloqués sans aucune raison apparente, ou effectuent des allers retours sans but sous le feu ennemi. Dommage. A cela, on ajoutera une gestion catastrophique de l’équipement, qui pousse le joueur à passer par des menus pas très agréables à parcourir et surtout fort mal pensés.

En revanche, difficile de ne pas être séduit par la richesse de l’univers, la diversité des décors, le design des créatures et les nombreuses quêtes, qui vous tiendront en haleine durant des dizaines d’heures de jeu. La durée de vie exceptionnelle de Dragon’s Dogma en fait de ce fait un excellent investissement. Certes, on aurait pu espérer un scénario un peu plus palpitant, mais globalement le titre est tellement passionnant qu’on prend un pied formidable à le parcourir.

dragons dogma 4

S’il n’est donc pas parfait, Dragon’s Dogma n’en reste pas moins un excellent divertissement, qui captivera les amateurs de jeux de rôle et gardera scotchés à leurs pads les passionnés d’heroic-fantasy. Visuellement, le jeu n’a pas trop mal vieilli malgré son âge, grâce notamment à la grandeur de ses décors. La bande sonore demeure quant à elle un must avec des morceaux grandioses qui résonneront longtemps dans les oreilles des joueurs…

Les + :

- Une durée de vie exceptionnelle
- Un prix doux (25€)
- Visuellement plutôt joli
- Un contenu très riche
- Un jeu de rôle captivant

Les – :

- Une I.A. catastrophique
- Des menus pas très efficaces
- Un scénario peu captivant

Conclusion

Malgré son âge, Dragon’s Dogma n’a rien perdu de sa superbe. Le jeu de rôle de Capcom propose un contenu très riche, et demeure un titre passionnant à parcourir pour les amateurs de jeux de rôle. Visuellement, le jeu n’a pas trop vieilli et reste plutôt joli. Il a même gagné en fluidité grâce à la puissance des nouvelles consoles. En revanche, l’I.A. et les menus du jeu restent toujours aussi catastrophiques. Pour 25€, difficile d’être déçu, surtout si vous étiez passé à côté du titre en 2012, et de son extension (offerte ici).



14/20


Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>