Test – Dishonored, La Mort de l’Outsider : le spin-off de tous les superlatifs

Par posté le 5 octobre 2017

Si elle n’est pas la plus populaire auprès des gamers, la série des Dishonored est parvenue à séduire les gamers les plus exigeants avec son univers bien sûr mais aussi la richesse de son gameplay, qui en fait l’un des FPS les plus passionnants à parcourir de ces dernières années. En attendant un troisième volet, les développeurs nous proposent un premier spin-off, parfaitement maîtrisé.

dishonored

Depuis ses débuts, la série des Dishonored reçoit les éloges des critiques mais rencontre un succès relativement mitigé au niveau des ventes. Il faut dire que la série d’Arkane nage en eaux troubles, n’hésitant pas à mélanger les genres. A des années lumières d’un Call of Duty ou d’un Halo, le jeu du studio lyonnais plonge le joueur dans un univers futuriste d’une richesse impressionnante et ose faire preuve d’originalité au niveau du gameplay en jouant la carte de l’infiltration et des super-pouvoirs. Si les ventes de Dishonored n’ont pas influencé jusqu’ici la décision de Bethesda Softworks de porter le projet, la sortie d’un spin-off, qui serait pratiquement une extension du second volet, était sans doute la meilleure direction que pouvait prendre la franchise.

Car ne nous voilons pas la face, Dishonored n’est pas une franchise qui marche auprès des consommateurs. Et s’il est appréciable de voir débarquer un nouvel opus, il semble fort peu probable que Bethesda engage des ressources dans le développement d’une suite en bonne et due forme. La Mort de l’Outsider semblait donc le parfait compromis pour le studio français, qui pouvait poursuivre l’extension de son univers sans prendre de trop gros risques.

death of the outsider

Car c’est bien là le plus gros atout de ce spin-off, qui aurait en théorie très bien pu être une extension de Dishonored 2. Il n’est pas nécessaire d’avoir joué aux deux premiers opus ni de posséder le second volet pour y jouer.

Pour les fans, le jeu creuse un nouveau pan de l’histoire de Dishonored, et nous fait redécouvrir un personnage croisé à plusieurs reprises. A travers ses yeux, le joueur redécouvrira Karnaca sous un nouveau regard. Car Billie a une vision du monde très différente des autres protagonistes de l’univers d’Arkane. Sans trop entrer dans les détails, les joueurs en apprendront beaucoup plus sur l’univers de Dishonored, les origines de l’Outsider et les liens qui unissent les différents personnages. Le scénario de ce spin-off est une fois de plus une franche réussite. D’autant plus que l’aventure principale vous tiendra scotché à votre pad durant 8 à 14 heures. Une durée de vie impressionnante pour un jeu vendu à tout petit prix… Car oui, l’autre atout de proposer un spin-off, c’est qu’il est possible de le vendre à un prix nettement inférieur. De quoi pleinement convaincre les fans de sauter le pas!

death of the outsider 2

La Mort de l’Outsider aurait toutefois été un titre très pauvre s’il n’avait pas introduit de grosses nouveautés. Les habitués de la franchise auront ainsi le bonheur de découvrir que contrairement à Dishonored 2, la plupart des pouvoirs de Billie sont débloqués dès le début de l’aventure, ce qui donne libre cours à la créativité du joueur pour éliminer les ennemis. Arkane n’hésite pas à bouleverser les codes du genre pour satisfaire les joueurs. Beaucoup plus nerveux que ses ancêtres, le jeu d’Arkane ne limite pas non plus le joueur en mana, et donc en attaques spéciales, laissant ainsi libre court à toute sa rage pour massacrer ses ennemis. Le mana se régénérant de manière automatique, le jeu libère totalement le joueur de toute contrainte. De nouvelles capacités sont bien sûr également au programme. Si le jeu reste globalement très proche de ses ancêtres, en mixant infiltration, combats au corps à corps et exploration, il délivre le joueur de toute contrainte. On remarquera ainsi également la disparition des choix au cours des missions, qui influençaient l’histoire. Plus besoin de réfléchir aux conséquences de ces actes donc, puisque le joueur est véritablement libre d’aborder le champ de bataille selon ses envies.

Extraordinaire en terme de level-design, le jeu d’Arkane se veut également très riche au niveau de son gameplay, et offre de nombreuses façons d’aborder ses adversaires. La présence d’objectifs secondaires au cours des missions permettra de garder un semblant de respect à l’égard des règles du jeu, et de ne pas céder au massacre pur.

DEATH of the outsider 3

Intelligent, le jeu ne souffre finalement que d’un seul gros défaut : celui de nous replonger dans des environnements déjà parcourus et de ne pas nous faire découvrir de nouveaux décors. Un sentiment de déjà-vu qui gênera peut-être ceux qui ont fait les deux premiers opus, mais pas les nouveaux venus. Ceci étant dit, si la ville reste la même, les développeurs ont tout de même fait l’effort de concevoir de nouveaux intérieurs.

Pour le reste, pas de grosse surprise à l’horizon, le jeu d’Arkane remplit parfaitement son contrat. S’il avait été proposé à plein tarif, la note et la conclusion de ce test auraient sans doute été très différentes. Pour un peu plus de 20€, le jeu d’Arkane reste donc une excellente affaire, pour les fans comme pour ceux qui n’avaient pas encore goûté aux délices de Dishonored!

Les + :

- Un Dishonored décomplexé
- L’univers riche de Dishonored
- Une solide durée de vie
- Toujours aussi joli
- Un prix doux

Les – :

- Pas de nouveaux environnements
- Un sentiment de déjà-vu

Conclusion

Proposé à un tout petit prix (un peu plus de 20€), Death of the Outsider est le spin-off dont tous les fans de la série rêvaient. Totalement décomplexé, le jeu pousse le joueur à exploiter ses nombreuses capacités dans des affrontements nerveux et violents. Riche en contenu, le jeu d’Arkane devrait séduire à la fois les habitués de la série, de par ses mécaniques de jeu repensées, et les nouveaux venus. Si l’on regrettera un sentiment de déjà vu, le studio lyonnais est parvenu à brillamment exploiter les assets de Dishonored 2 pour nous proposer une nouvelle aventure qui mérite le détour, malgré le manque de réelles nouveautés…



17/20


Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>