Test – Marvel vs Capcom Infinite : un crossover spectaculaire

Par posté le 4 octobre 2017

Après avoir remis au goût du jour le troisième volet de la série, Capcom nous livre enfin une suite digne de ce nom à son Ultimate Marvel Vs Capcom 3.

marvel vs capcom

Le succès des productions Marvel a semble-t-il redonné l’envie à Capcom de relancer la série des Marvel Vs Capcom, reconnue par les amateurs de jeux de baston comme l’un des meilleurs crossovers de l’histoire du jeu-vidéo. Il faut dire que la perspective de voir s’affronter sur le ring des personnages tirés des plus grosses productions de Marvel et des personnages tirés des jeux de Capcom a de quoi laisser rêveur. Avec des franchises comme les Avengers, Iron Man, Hulk, Megaman, Resident Evil, Devil May Cry ou encore Monster Hunter, le potentiel était en effet infini. Dans la pratique toutefois, on notera que ce quatrième épisode – baptisé Infinite – nage à contre-courant. Tout d’abord, parce que le casting du jeu a été réduit de plus de 20 personnages par rapport au dernier épisode en date. Si Chun-Li (Street Fighter), Ryu (Street Fighter), Chris (Resident Evil), Megaman, Hulk et Spiderman répondent présents, on regrettera toutefois le départ de plusieurs personnages emblématiques de la franchise – qui pourraient toutefois opérer un retour sous la forme de DLC. Car on le sait, Capcom aime écrémer ses productions jusqu’à la dernière goutte, et Marvel vs Capcom Infinite ne fera sans doute pas figure d’exception.

S’il est difficile de ne pas être déçu pour les fans, on comprendra aisément pourquoi Capcom a revu à la baisse le nombre de personnages. L’éditeur a en effet choisi d’employer un nouveau moteur graphique pour son jeu, qui passe à la 3D intégrale, ce qui représente un coût. Logique dès lors que le contenu régresse… La bonne nouvelle, c’est qu’on trouve également quelques nouveaux-venus qui s’intègrent plutôt bien dans l’univers. Outre Iron Man, on citera ainsi la présence de Doctor Who, Rocket Racoon ou Strider Hiryu. Tous ne sont pas forcément à la hauteur – on pense notamment à Doctor Who, à Nemesis ou à Hagar -, et Capcom n’ayant pas obtenu les droits des films mais ceux des comics, le look de superhéros Marvel n’est pas calqué sur celui des acteurs que l’on voit dans les superproductions, mais globalement le résultat est plutôt convaincant, et en particulier en ce qui concerne Iron Man, Spiderman, Dante, Spencer et Morigan.

mvc

Si le casting est donc à la hauteur des nos attentes, malgré quelques petites déceptions, le jeu en lui-même est malheureusement loin d’atteindre le niveau de ses ainés. Tout d’abord, parce que le nouveau mode solo, calqué sur celui d’Injustice, n’est finalement qu’un prétexte pour enchainer des affrontements sans queue ni tête. Court et atrocement lassant, le mode solo de MvC Infinite n’est que l’ombre de ce qu’un vrai mode solo aurait dû être. Le scénario qui nous est ici présenté est tout bonnement inintéressant, aussi bien pour les fans de Marvel que de Capcom. Succession presqu’ininterrompue de clichés sans âme, les séquences animées entrecoupent une série de duels d’une fadeur extrême. Alors certes, le même mode solo n’existait pas auparavant, mais tant qu’à faire, nous aurions sans doute préféré ne rien avoir.

Second point sombre, le gameplay du jeu a été simplifié à outrance dans l’objectif sans doute d’ouvrir le jeu au plus grand nombre. L’ennui, c’est qu’il perd une part de son ADN. Les affrontements à 3 contre 3 se transforment en affrontements à 2 contre 2, les combos sortent avec une facilité déconcertante et Capcom a même entièrement repensé les attributions des touches pour faciliter le travail des nouveaux venus. Les hyper-combos, qui sortaient déjà très facilement dans MvC 3, sont désormais accessibles dès la première seconde de jeu, et d’une simplicité déconcertante à enchainer.

mvc2

En dépit de ces modifications au niveau de la prise en main, Marvel Vs Capcom Infinite reste heureusement un titre très fun à jouer. Les combos s’enchainent et donnent lieu à des affrontements spectaculaires à l’écran, avec des dizaines d’effets spéciaux répartis aux quatre coins de l’écran. MvC Infinite n’a donc rien perdu de son fun.

Pour rendre leur titre un peu plus excitant pour les fans de la franchise, les développeurs ont bien sûr intégré quelques petites nouveautés, avec en tête d’affiche des gemmes de différentes couleurs que le joueur devra choisir en début de partie, qui auraient des impacts différents sur la partie. Outre déclencher des attaques spéciales, ces gemmes permettront au joueur de faire basculer le cours de la partie en emprisonnant l’adversaire dans une cage ou en l’attirant vers soi, avant de lui infliger une longue série de coups. Elles apportent également un peu de profondeur au gameplay, tout en permettant au joueur de personnaliser son style de jeu.

Pour le reste, on retrouve tout ce qu’on est en droit d’attendre d’un bon Marvel vs Capcom : des décors coloriés et variés (au nombre de 13!), de jolis effets visuels, un mode Arcade, un mode Entrainement, des combats en ligne d’une fluidité exceptionnelle et des défis qui permettront au joueur d’apprendre les rudiments du métier.

mvc3

Bref, le résultat est plutôt convaincant, même si l’on était sans doute en droit d’en attendre plus. Episode de transition, Infinite introduit de nouveaux mécanismes intéressants mais qui ne transcenderont pas les habitués de la franchise. Les fans seront globalement déçus du résultat final. Les autres apprécieront la simplicité d’accès du jeu, le fun qui s’en dégage, et la réalisation technique grandiose, qui ouvre enfin la franchise à un public plus large. Vu les enjeux, il était difficile pour Capcom de contenter tous les publics. Et l’éditeur s’en est finalement plutôt bien sorti.

Les + :

- Une jolie réalisation technique
- Une solide durée de vie
- Toujours aussi fun!
- Un casting alléchant
- L’introduction des gemmes
- Le online

Les – :

- De grands absents
- Du 2 vs 2 uniquement
- Le mode solo, catastrophique
- Un gameplay simplifié à l’extrême
- Quelques personnages très grossiers visuellement

Conclusion

S’il décevra sans doute les fans des trois premiers opus, Marvel Vs Capcom Infinite n’en reste pas moins un excellent défouloir et un bon jeu de baston, plus accessible encore que ses ainés, et qui offre surtout une jolie cure de jouvence à la franchise avec un nouveau moteur graphique. Amusant, en particulier à plusieurs, le jeu de Capcom manque toutefois cruellement de profondeur et souffre d’un casting trop léger. Un défaut qui sera partiellement compensé par l’arrivée de DLC (payants), qui viendront progressivement enrichir le casting du jeu.



14/20


Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Un commentaire

  1. Kandrell

    4 octobre 2017 at 22 h 53 min

    Vraiment dommage de voir combien cette illustre compagnie sort des titres non aboutis et simplifies à l’extrême…

    (petite coquille dans l’article , je suppose qu’il s’agit de Docteur Strange et non Docteur Who ^^ )

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>