Test – Absolver : un jeu de combat complexe et intelligent

Par posté le 26 septembre 2017

Développé par le studio indépendant Sloclap, Absolver se débarrasse des clichés des jeux de combat traditionnels en misant sur le jeu en ligne et une aventure non-linéaire. Aspirant combattant, le point central du titre n’est autre que la maîtrise – complexe – et l’apprentissage des nombreuses techniques de combats, le tout dans un univers atypique.

Absolver-Demo-Telecharger

Premier titre du studio Sloclap, Absolver mélange les genres aventure, RPG et jeu de combat dans une forme très poétique et épurée. Les enchaînements d’attaques et de défenses s’apparentent plus à une chorégraphie de danse où l’ennemi serait à la fois notre adversaire et notre maître d’armes. Analyser et intégrer les coups de l’adversaire, c’est ce qui permettra à notre apprenti combattant de gagner en technique et de se diriger vers le titre tant espéré d’Absolver. Une quête qui demandera du travail et de la concentration de la part du joueur afin de comprendre et de maîtriser toutes les subtilités de combat et du jeu. En mode compétitif ou coopératif, l’aventure d’Absolver nous plonge dans un voyage presque initiatique.

Absence de narration assumée

Absolver-Win64-Shipping-2017-08-29-17-15-25-999

C’est un univers assez discret que nous propose Absolver. Son histoire se montre plutôt simple et la progression n’apportera pas de réel complément d’information. Pour progresser, il faudra parcourir les terres d’Adal afin de gagner en compétences et techniques de combats grâce à des affrontements avec d’autres joueurs en ligne, des PGM plutôt hostiles ou encore des personnages clés, plutôt expérimentés.

Le manque de narration est assumé par les développeurs, ce qui permet de laisser libre cours à l’imagination du joueur. Ces questionnements et l’absence de réponse collent parfaitement à l’ambiance froide et énigmatique d’Absolver. Au final, on ne connaîtra jamais la vraie raison qui pousse les habitants d’Adal de s’affronter en permanence, la menace plane, mais on ne sait pas vraiment à quoi elle ressemble.

Un jeu de combat hybride

Absol_test_1

La quête de notre apprenti combattant est de devenir un « absolver », une sorte de guerrier suprême qui maîtrise toutes les subtilités des combats. Pour atteindre son but, il doit affronter bon nombre d’ennemis afin de progresser en compétences, mais aussi copier de nouveaux mouvements. La particularité du jeu est aussi d’offrir l’exploration d’un monde post-apocalyptique pour le moins hostile.

Pour ce qui est de l’amélioration de l’équipement et de l’obtention de nouvelles compétences, la tâche n’est pas simple. Plusieurs points sont à prendre en compte. Notamment le poids des protections et armes qui peut ralentir les mouvements, mais aussi la spécialisation de notre combattant. Esquive, résistance, force, chacun pourra personnaliser son personnage en fonction de certaines préférences. Il existe d’ailleurs trois classes de combattants : forsaken (force), kahlt method (force et vitalité) et windfall (dextérité).

Au-delà de cet aspect exigeant, on pourrait également s’attarder sur l’omniprésence du game over dans Absolver. Que ce soit lors d’un combat à 3 contre 1 ou simplement lors d’une mauvaise chute en flânant dans les rues, il ne faudra pas s’étonner de mourir de nombreuses fois. Point positif, la réapparition se fera rapidement au dernier point de contrôle, tandis qu’un autre joueur peut aussi nous réanimer durant un court délai.

Maîtrise, réflexion et stratégie

jj
Affronter des ennemis est l’essence même du jeu. Pour améliorer son personnage, il faudra comprendre la subtilité du gameplay d’Absolver. La beauté du jeu se cache justement dans sa complexité, peu accessible au premier abord. Dès les premiers instants, Absolver poussera le joueur à ne compter que sur lui-même pour progresser. Les explications – très basiques – viendront plus tard. À force, la maîtrise de tous les paramètres de combat deviendra logique: force, direction et invincibilité, mais aussi le bon timing d’attaque.

Le but de tout apprenti combattant est forcément d’augmenter ses compétences et ses caractéristiques, choses que l’on peut faire seulement en combattant d’autres joueurs ou des PGM sur place. Les combats se font de manière ouverte, à savoir que tout le monde peut entrer en duel avec ou contre nous. Un aspect qui peut facilement amener à des affrontements en 3 contre 1, mais qui permet aussi de prendre ses jambes à son cou.

Quand bien même, le seul moyen de progresser est de combattre. En gagnant de l’expérience, on pourra gagner des points de compétences et améliorer les caractéristiques de notre personnage. Les améliorations passent aussi par l’équipement de notre combattant, les pièces pouvant être gagnées après la victoire sur un ennemi ou en les ramassant par terre.

Personnaliser ses attaques

123892

La particularité d’Absolver le rend très différent des autres jeux de combat grâce à la possibilité de personnaliser ses attaques. En effet, les enchaînements de mouvements et les combos peuvent être paramétrés depuis une interface de « catalogue ». Chaque enchaînement débute par l’une des 4 positions possibles (gauche, droite, avant et arrière) et permet ainsi de faire des attaques ou des défenses spécifiques. Un point qui ne coule pas de source quand on commence à jouer. Il faudra se montrer patient et déterminé pour comprendre le principe du jeu car il est facile de passer à côté. Les enchaînements se veulent assez complexes et reposent à la fois sur les mouvements, mais aussi sur le timing de réalisation.

Côté pratique, les attaques ne se limitent pas à un seul deck, de nouvelles touches pourront être débloquées ce qui permettra au joueur d’utiliser de nouvelles techniques (soin, burst, malédiction).

Pour diversifier ses attaques, il faudra apprendre de nouveaux mouvements et cela se passe une nouvelle fois sur le ring. Lors des combats, notre personnage pourra assimiler les techniques de combat de son adversaire et, à force de les voir, il finira par les maîtriser. On regrette tout de même l’implication dans la richesse des morceaux d’enchaînement, qu’on ne retrouve pas forcément dans la pratique. Lors des combats, la latence des coups donnés peut nous être fatale, surtout face à 4 adversaires.

Au final, Absolver se montre être un jeu complexe et semble vouloir se destiner à un type de joueur en particulier. On est loin des phases d’apprentissage de Tekken ou de Mortal Kombat, ce qui peut déstabiliser les connaisseurs.

Un monde multi-joueur agréable et qui a du sens

3068855-absolver+-+screen+6

Le monde d’Absolver tient beaucoup au fait d’être en semi-ouvert. Et le mode est plutôt bien géré. Pas de surpopulation sur la carte, le nombre de joueurs est limité ce qui reste agréable. Au final, on ne sait jamais à quel moment, ni détour, on va rencontrer quelqu’un, ce qui donne une vraie valeur à ces rencontres.

Ami ou ennemi, l’exploration et la progression peut se faire en solo ou en coopération. Il suffit de s’approcher d’un autre joueur et de demander une collaboration. Encore une fois, le jeu se montre peu explicatif, il faudra comprendre seul l’avantage ou non de ce mode. Dans tous les cas, jouer à plusieurs rendra le jeu un peu plus humain, ce qui n’est pas négligeable vu la froideur des environs. Il faut tout de même garder en tête qu’il ne sera pas possible de communiquer avec ses coéquipiers et ennemis. Le strict minimum des interactions passera par un panel de gestes qui vont de la salutation aux félicitations, en passant par d’autres.

Un monde post-apocalyptique magnifique

absolver-59a8fcd27b1ad

Les développeurs de Sloclap ont réalisé un magnifique travail au niveau des graphismes. L’esthétique d’Absolver est l’un des grands traits de personnalité du titre et donne un sentiment d’étrangeté. L’atmosphère du jeu est remplie de mystère et présente un côté assez glauque avec toutes ses ruines. Les différentes zones possèdent leurs propres caractéristiques, procurant un dépaysement des plus plaisant. Malgré une palette de couleur assez terne et froide – entrecoupée de couleurs plus chaudes très agréables -, on se laisse parfaitement porter par l’univers post-apocalyptique d’Absolver. Une grande poésie se détache des décors et des petites cinématiques, empreintes de magie et d’une certaine spiritualité.

L’ambiance très particulière du jeu est d’ailleurs soulignée par le travail musical d’Austin Wintory, connu pour avoir réalisé l’ambiance sonore de Abzû, Journey ou encore The Banner Saga. Le tout est saupoudré de bruitages parfaitement maîtrisés. Une ambiance sonore très réussie en adéquation avec l’idée centrale du jeu: la maîtrise des paramètres de combat.

Les + :

- Les combats se montrent intenses et d’une grande richesse
- La personnalisation des combos permet beaucoup de choses
- Les graphismes sont d’une grande beauté artistique
- Le mode multijoueur a une vraie cohérence
- Un prix doux (une trentaine d’euros)

Les - :

- L’univers disponible ne semble pas être exploité à sa juste valeur
- Le manque d’accompagnement le long de l’aventure
- Les coups prennent parfois trop de temps à sortir

Conclusion

Le studio indépendant de Sloclap nous offre une expérience différente de ce qu’on a l’habitude de voir dans les jeux de combats. Complexe et stratégique, Absolver demande une vraie implication de la part du joueur pour collectionner et maîtriser tous les mouvements d’attaque et de défense. Bien que la narration minimaliste colle parfaitement à l’ambiance mystérieuse, le concept du jeu et son univers n’arrivent pas à faire oublier le manque de contenu. Dommage. Malgré cela, le titre fait preuve d’une grande beauté et d’une poésie d’apprentissage des techniques de combats qui rappellent la tradition des arts martiaux. On reste tout de même un peu sur sa faim. Espérons que Sloclap va rapidement remédier à cela dans une prochaine mise à jour.

15/20

 

Pigiste chez Geeko et Belgium-iPhone.
Twitter : @JennMrtns

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>