Test – Surface Book : l’hybride de luxe

Par posté le 6 septembre 2017

Arrivé tardivement en Belgique, le Surface Book est la nouvelle Rolls Royce des ordinateurs portables. De l’écran à la configuration du clavier en passant par le processeur et la mémoire vive, Microsoft a fait preuve d’un souci du détail tout simplement impressionnant. Mais le Surface Book mérite-t-il vraiment son prix?

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Introduit avant le le Surface Laptop aux Etats-Unis, le Surface Book n’a toutefois traversé l’Océan Atlantique que très tardivement. Disponible à la vente depuis cet été en Belgique, l’ordinateur portable de Microsoft n’est pas sans rappeler le modèle haut de gamme de son concurrent direct, tant au niveau de sa taille d’écran (13,5″) que de son design (tout en aluminium).

A la différence des MacBook Pro et MacBook Air, l’ordinateur de Microsoft dispose toutefois d’un écran totalement amovible.

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Vu son prix – qui dépasse les 1500€ et grimpe même jusque 3000€ pour le modèle le plus performant -, le convertible de Microsoft s’adresse bien sûr avant tout aux professionnels. Et la fiche technique ne déçoit pas. De l’écran – qui atteint une définition record de 3000 pixels sur 2000 pixels, et est très probablement l’un des meilleurs écrans que nous ayons pu approcher – à son processeur – i7 de dernière génération -, en passant par sa mémoire vive – 16 Go de RAM pour la plupart des modèles proposés! – ou sa carte graphique – une GeForce 940M -, l’ordinateur portable de Microsoft ne déçoit pas.

Que ce soit pour des tâches basiques (traitement de texte ou surf), ou des tâches plus complexes (édition vidéo ou photo), la machine de Microsoft travaille à plein rendement et se révèle d’une efficacité redoutable. La plupart des tests réalisés par d’autres médias spécialisés la placent d’ailleurs au coude à coude avec le MacBook Pro d’Apple.

Ceux qui n’ont pas besoin de toutes ces ressources opteront sans doute pour le modèle équipé d’un processeur i5 et de 8 Go de RAM. Une configuration qui se révèlera largement suffisante pour la plupart des tâches d’édition vidéo et photo et qui fait déjà grimper la note à plus de 1500€…

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Et c’est finalement là le plus gros défaut de ce modèle. Microsoft nous livre une machine aux performances très impressionnantes et au design exceptionnel mais qui est vendue à un tarif nettement supérieur à celui du marché. On trouve facilement une configuration identique sur un PC d’ASUS ou de Lenovo à un prix presque deux fois inférieur. Alors oui, le Surface Book est presqu’en tous points supérieur à ses concurrents, et son look lui donne une identité véritablement unique. Oui, l’ordinateur est livré avec un stylet – qui est déjà facturé à lui seul plus de 100€ -, et oui l’appareil est livré full options avec clavier rétroéclairé, écran détachable, trackpad d’exception et scanner d’identification faciale. Mais tout cela justifie-t-il vraiment un tarif aussi élevé?

D’autant plus que si le design du Surface Book est somptueux, il n’est pas forcément très pratique. La machine est épaisse – beaucoup plus qu’un Ultrabook -, lourde – et donc pas très pratique à transporter -, et surtout on remarque un très vilain écart entre l’écran et le clavier une fois que l’écran est rabattu. Un détail qui choque, et qui soulève surtout quelques questions d’un point de vue purement pratique.

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Pour le reste, difficile de ne pas être séduit par les performances de la machine, son autonomie exceptionnelle – qui dépasse largement les 10h, en pleine utilisation -, son clavier – à l’ergonomie tout simplement parfaite -, sa construction – qui permet de l’utiliser en mode ordinateur portable, tablette et présentoir -, ou sa température – qui reste très basse, un très faible dégagement de chaleur.

Surface oblige, la connectique reste très limitée. On dénombre deux ports USB traditionnels, un port jack, un port pour cartes microSD, un port microHDMI et un port de charge propriétaire. Pas d’USB-C donc, à notre plus grand regret, ni de multiples extensions dans le dock. Autres petits défauts que nous pointerons rapidement du doigt : la qualité sonore n’est pas franchement exceptionnelle, tant au niveau de la prise casque que des haut-parleurs, et malgré sa jolie fiche technique, le Surface Book n’est pas vraiment ce qu’on pourrait une machine de gamers. Il permettra tout au mieux de faire tourner quelques grosses productions, comme le dernier Tomb Raider ou le dernier Call of Duty dans des conditions moyennes – avec un niveau de détails moyen et une vitesse d’affichage de 30 à 60 images par seconde selon le jeu.

Les + :

- Un écran tout simplement parfait
- Le stylet offert à l’achat
- Une fiche technique impressionnante
- L’ergonomie du clavier
- Une excellente autonomie

Les – :

- Un tarif beaucoup trop élevé
- Une connectique trop maigre
- L’écart entre l’écran et le clavier
- L’audio, de qualité moyenne
- Pas pour les gamers
- Pas d’USB-C
- Trop lourd et trop épais

Conclusion

Beaucoup plus cher que ses concurrents, le Surface Book est certes une machine très impressionnante, à l’autonomie et à l’ergonomie exceptionnelle, mais l’ordinateur portable de Microsoft souffre également de gros défauts – à commencer par sa conception. Trop lourd et trop épais, l’hybride de Microsoft dispose d’une connectique très maigre et ne parvient pas tout à fait à convaincre au niveau de l’audio et des graphismes, ce qui n’est pas vraiment gênant en soi pour le public cible, mais pour une machine vendue près de 3000€ on aurait tout de même pu s’attendre à un produit absolument irréprochable.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>