5 choses que vous ne saviez pas sur Tesla

Par posté le 28 août 2017

Devenue presqu’iconique, la marque Tesla fait souvent parler d’elle. Et si tout le monde connaît aujourd’hui les véhicules électriques de la marque américaine, rares sont ceux qui savent que Tesla fabrique également des batteries et des toitures…

Crédit photo : AFP

Crédit photo : AFP

Le premier modèle de la marque a été développé en collaboration avec Lotus

La Tesla Roadster, tout premier modèle de la marque, était en fait basée sur une Lotus Elise. Ou plutôt, elle a repris le même concept de voiture compacte à moteur central et toit amovible. Tesla a bien utilisé quelques pièces empruntées à la petite sportive britannique, mais 93 % de la voiture a été développé par les ingénieurs américains.

Tesla est donc parti d’un châssis d’Elise pour développer sa propre sportive. Mais ce n’était qu’un point de départ : il a fallu opérer de profonds changements pour accueillir les batteries afin que la répartition des masses soit optimale. Ainsi, les suspensions, les trains roulants et la transmission ont demandé de sérieux travaux d’aménagement pour coller au cahier des charges.

De la Lotus viennent le pare-brise, le volant et la planche de bord ainsi que les airbags et les rétroviseurs extérieurs. Ils ont été repris pour des raisons de coût : Lotus ayant déjà pu faire homologuer ces éléments, il était bien plus économique de les utiliser directement plutôt que d’en développer de nouveaux. La carrosserie de l’américaine est par contre entièrement spécifique, et réalisée en fibre de carbone. Preuve du lien entre Tesla et Lotus, les modèles européens de la Roadster ont été assemblés dans l’usine Lotus de Hethel, dans le Norfolk en Angleterre.

Tesla aurait pu appartenir à Google

Le parcours de la marque automobile américaine n’a pas été simple. Tesla a été très lourdement déficitaire avant de commencer à dégager des bénéfices sur ses voitures. Au début de l’année 2013, Elon Musk se retrouve avec une marque au bord de la faillite. Pour sauver son projet, il envisage alors de vendre l’entreprise tout en négociant de rester PDG afin de développer son idée.

Il se tourne vers Larry Page, co-fondateur de Google, pour entamer des négociations sur la vente éventuelle de Tesla au géant des services technologiques. D’après le journaliste Ashlee Vance qui a dévoilé l’histoire, l’accord portait sur un rachat estimé à 6 milliards de dollars plus un investissement de 5 milliards pour agrandir les usines et développer les capacités industrielles. Dans le même temps, Elon Musk aurait demandé à rester à la tête de la marque qu’il a fondé pendant 8 ans.

Finalement, le succès commercial de la Model S fait que le constructeur américain sort la tête de l’eau assez rapidement, et les négociations se seraient donc arrêtées là. Elon Musk avouera plus tard que ce n’est pas tant Google qui l’effraie mais plutôt Apple, qui serait en train de développer un projet de voiture autonome qui entrerait en concurrence directe avec les modèles Tesla.

La marque a une capitalisation record

Quand il s’agit de trouver le plus gros constructeur américain en termes de vente, General Motors remporte la palme haut la main. En 2016, le groupe a vendu 10 millions de véhicules, se classant troisième au niveau mondial derrière Volkswagen et Toyota. Ford, deuxième constructeur américain, est loin derrière avec « seulement » 6,7 millions d’exemplaires écoulés.

Face à ces deux géants, Tesla fait figure de lilliputien : le constructeur spécialisé dans l’électrique a vendu 84.000 voitures en 2016, pour un chiffre d’affaires de 7 milliards de dollars. Ford a généré presque 22 fois plus de revenus, avec un résultat de 151,8 milliards.

Mais s’il est un domaine ou Tesla écrase littéralement ses concurrents, c’est au niveau de la capitalisation boursière. La firme californienne est aujourd’hui valorisée à 58,6 milliards de dollars alors que General Motors n’est qu’à 51,4 milliards et Ford à 43,5 milliards. La raison d’un tel engouement des investisseurs ? Le pari que le moteur électrique supplantera son homologue thermique rapidement. Et si l’on regarde les différentes annonces des gouvernements européens qui souhaitent bannir totalement le moteur à combustion dans un futur plus ou moins proche, on ne peut pas leur donner tort…

Tesla n’est pas qu’un simple constructeur automobile

La firme californienne a démarré en tant que fabricant de voiture, mais Elon Musk a aussi d’autres projets pour la marque. L’activité principale de Tesla restera bien sûr la production de véhicules, comme le prouve la Model 3 à peine lancée. Mais l’énergie intéresse aussi le patron de la compagnie, en témoigne la récente fusion entre Tesla Motors et SolarCity, entreprise spécialisée dans l’énergie solaire fondée par… Elon Musk lui-même. La nouvelle entreprise garde simplement le nom Tesla.

La solution solaire de Tesla est baptisée Solar Roof et prend la forme de tuiles en verre trempé, trois fois plus résistantes que des tuiles classiques. Certaines de ces tuiles sont solaires, d’autres non, afin d’avoir un toit uniforme et d’éviter les panneaux solaires disgracieux. Chaque installation comprend un ou plusieurs Powerwalls, des batteries de 13,5 kWh.

Là où Tesla fait fort, c’est qu’un Powerwall peut être totalement indépendant et agir simplement comme un générateur de secours, installation solaire ou non. Le tout est relié à une application sur smartphone pour savoir à tout moment comment la distribution d’énergie se fait au sein de l’installation.

Tesla va produire la plus grosse batterie lithium-ion du monde

Même si leur nom ne vous dit rien, vous les connaissez forcément. Les batteries lithium-ion équipent la plupart des appareils électroniques nomades, comme les smartphones ou les ordinateurs portables. Mais elles peuvent aussi servir dans des applications plus importantes, comme les voitures ou encore l’éolien.

C’est bien dans ce dernier domaine qu’Elon Musk souhaite percer. Il s’est engagé à développer d’ici le mois de décembre une batterie géante pour recueillir l’énergie générée par un parc éolien dans le sud de l’Australie. Le système sera constitué de 788 Powerpacks, composés chacun de 16 batteries lithium-ion couplées. La capacité totale est annoncée à 129 mégawattheures (MWh). Pour vous donner un ordre d’idée, la plus puissante des voitures Tesla embarque aujourd’hui une batterie de 100 kilowattheures (kWh), soit plus de 1.000 fois moins !

Le but est de pouvoir alimenter jusqu’à 30.000 foyers en électricité. Et comme Elon Musk adore les défis et les déclarations fracassantes sur Twitter, il s’est engagé à mettre en place le système en 100 jours à partir de la signature du contrat. Si ce délai est dépassé, il l’installera gratuitement !

Articles similaires

Un commentaire

  1. jean

    28 août 2017 at 13 h 07 min

    Genre… il suffit de s’intéresser un tant sois peu à Tesla pour connaitre toutes ces données.
    Personnellement je ne m’intéresse pas beaucoup à l’histoire de la marque et pourtant je connaissais déjà tout…

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>