Poursuivi pour avoir liké une photo d’un membre de Daesh, un trentenaire de Seine-et-Marne a été condamné à trois mois de prison avec sursis.

facebook like & don't

Le tribunal correctionnel de Meaux en Seine-et-Marne a condamné ce lundi 21 août un homme de 32 ans à trois mois de prison avec sursis. Un de ses contacts sur Facebook avait remarqué sur son fil d’actualités, le 16 mai dernier, une publication représentant un membre de Daesh brandissant une tête de femme décapitée. Il avait alors prévenu le commissariat de Pontault-Combault, qui a mené une perquisition au domicile du trentenaire.

Les policiers n’ont cependant trouvé chez l’homme que de l’équipement pour pratiquer l’airsoft et l’examen de son matériel informatique n’a pas révélé de contenus suspects.

Il pensait que c’était un trucage

«Je n’ai pas fait l’apologie du terrorisme. Je pensais que c’était un trucage. J’ai été maladroit, c’était pour me moquer de la photo. Je n’ai ni partagé, ni commenté, ni posté d’autres articles», a expliqué le prévenu. «Quand on met J’aime, c’est que l’on considère que ce n’est pas choquant ou que l’on adhère», considère pour sa part le substitut du procureur de la République. «Il avait un compte privé et activé les paramètres de confidentialité», a rétorqué l’avocate de l’accusé.

Que ce soit en privé ou en public, un « j’aime » mal placé sur les réseaux sociaux peut avoir de sérieuses conséquences puisque l’homme a finalement écopé de trois mois de prison avec sursis.

Source : Le Parisien