Test – Shadow Tactics : le tactical en mode ninja

Par posté le 23 août 2017

Initialement sorti en décembre 2016 sur PC, le jeu de stratégie en temps réel du studio allemand Mimimi Productions (The Last Tinker) est disponible depuis le 28 juillet sur PS4 et Xbox One. Une bonne occasion de se (re)plonger dans ce qui se fait de mieux dans le genre du jeu d’infiltration.

Shadow Tactics Blades of the shogun

En 1998 Pyro Studios crée avec Commandos : derrière les lignes ennemies un genre à part entière fait d’infiltration, de vue isométrique, de temps réel et de cônes de vision qui sera surnommé plus tard le commandos-like. C’est à cette catégorie finalement peu représentée (tout juste dénombre-t-on parmi les plus illustres les quelques suites de Commandos, Desperados ou encore Robin Hood) qu’appartient Shadow Tactics.

L’intrigue de Shadow Tactics se déroule dans le contexte historique du Japon, précisément en 1615 à l’ère d’Edo. Après des siècles de guerre de clans, un nouveau shogunat tente d’instaurer la paix dans le royaume. Mais des conspirateurs organisent dans l’ombre la chute de cette nouvelle ère. Cinq spécialistes aux compétences extraordinaires pour l’assassinat, le sabotage ou encore l’espionnage sont recrutés pour contrer les plans d’un dénommé Kage-sama, meneur de cette rébellion.

Des capacités à exploiter à bon escient

Vous devrez alors mener ces personnages au cours de treize chapitres où l’assassinat de cible et la récolte d’informations confidentielles seront vos objectifs principaux. Pour y parvenir, vous mettrez en œuvre les capacités de vos personnages, aussi variées que complémentaires. Vous contrôlez tout d’abord Hayato, un shinobi maniant le ninjato et les shuriken. Il sera rapidement épaulé par Mugen, un samouraï puissant capable d’éliminer plusieurs cibles à la fois. Vous rejoindront ensuite le sage tireur d’élite Takuma, la jeune voleuse Yuki capable de semer des pièges et enfin Aiko, une experte en déguisement qui peut se faufiler incognito dans les camps ennemis.

A leurs compétences de base s’ajoutent des capacités variables, certains personnages pouvant escalader des murs tandis que d’autres seront plus rapides pour se déplacer ou encore dissimuler les corps. Car toute trace d’infraction est punitive dans Shadow Tactics : un corps abandonné à vue peut alerter les autres gardes, tout comme les traces fraiches de vos pas dans la neige.

shadow tactics

Rester caché et attaquer au bon moment

Vos ennemis étant organisés et en supériorité numérique, vous allez devoir ruser et frapper dans l’ombre. Rester hors de vue des gardes et autres ennemis, voire des civils, est la clé de la réussite. Chaque opposant possède un cône de vision que vous pouvez faire apparaître afin de pouvoir contourner leur vigilance. De même, le jeu vous donne la possibilité de zoomer, tourner et vous déplacer dans la carte pour y repérer toutes les zones surveillées et cachettes éventuelles.

Vous l’aurez compris, Shadow Tactics est un jeu d’observation, de patience et de réflexion, où vous passerez le plus clair de votre temps à vous cacher et à échafauder des plans pour accomplir vos objectifs…ainsi qu’à sauvegarder ! Le jeu comprend un système de sauvegarde rapide qui peut être activé en appuyant simplement sur une touche. Un timer indiquant le temps qui s’est écoulé depuis votre dernière sauvegarde est également affiché en haut de l’écran. Vu la faculté qu’ont les gardes à vous mettre dans des situations quasi inextricables en cas d’alerte, vous allez à coup sûr user et abuser de cette touche.

Shadow Tactics(4)

Un jeu exigeant et immersif

Shadow Tactics semble exigeant et il l’est. Il ne permet pas le moindre faux pas mais, d’un autre côté, il vous laisse le choix de l’approche et n’est jamais injuste, notamment grâce à un level design bourré d’opportunités et des capacités complémentaires chez les personnages que vous contrôlez. Un mode « shadow » peut d’ailleurs être utilisé, permettant de planifier une action pour chaque personnage et de les déclencher simultanément. Ce qui peut donner des scènes de massacre franchement jouissives.

De plus, le jeu possède un parti-pris esthétique raffiné, entre estampe et cel-shading, les décors fourmillant en outre de détails. Shadow Tactics possède également un véritable scénario et parvient à faire exister tous ses personnages, ce qui est plutôt rare pour ce genre de titre. Cerise sur le gâteau, vous pouvez choisir de faire le jeu en version japonaise sous-titrée, ce qui accentue l’immersion.

 

Les + :

-  une esthétique réussie et détaillée

- Un level-design riche

- Un défi relevé qui incite à la réflexion

- Des possibilités d’approches variées

- Des personnages caractérisés, un scénario travaillé

- La possibilité de jouer en version japonaise sous-titrée

- Excellente durée de vie

Les - :

- Les temps de chargement trop longs

- Un jeu exigeant, réservé aux joueurs les plus patients

Conclusion

Shadow Tactics est un jeu d’infiltration pour les joueurs qui aiment autant planifier que passer à l’action. Tout son sel réside dans la réflexion. Le moindre faux-pas ne pardonne pas, mais les multiples possibilités offertes au joueur pour mener à bien les missions sont réjouissantes. Les mécaniques à la fois bien huilées et mises à jour du commandos-like trouvent un écrin de choix dans un Japon féodal visuellement resplendissant. L’immersion est par ailleurs accentuée grâce à la présence d’un scénario et de personnages travaillés. Un must du genre stratégie/infiltration.



16/20


Rédacteur sur les plateformes Geeko et Belgium-iPhone, je suis un cinéphile acharné ainsi qu’un authentique gamer, amateur de technologies. Trois noms incontournables qui ont forgé ma geekitude grâce à leur génie: John Carpenter, Shigeru Miyamoto et Steve Jobs.
Twitter : @SamuelTub

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>