Test – What Remains of Edith Finch : l’expérience sensorielle

Par posté le 10 août 2017

Sorti en début d’année sur PC, l’excellent “What Remains of Edith Finch” est désormais également disponible sur PlayStation 4 et Xbox One. L’occasion de se repencher sur l’un des meilleurs jeux indépendants de ces dernières années…

edith finch

Seconde production du petit studio de développement Giant Sparrow, à qui l’on devait déjà l’excellent The Unfinished Swan, What Remains of Edith Finch est probablement l’un des jeux les plus étranges et les plus extraordinaires que vous aurez l’occasion de tester cette année.

Tout d’abord, parce que le jeu de Giant Sparrow ose une approche différente du jeu d’aventure classique, en plongeant le joueur au cœur de l’action avec une vue à la première personne. Ensuite, parce que les développeurs du jeu n’ont pas hésité à mélanger – brillamment – les genres. Enfin, parce que l’univers du jeu et son scénario sortent des sentiers battus.

Dès les premières minutes du jeu, le joueur découvre un univers très mystérieux, dans lequel il incarne Edith Finch, une jeune femme qui retourne dans le manoir familial, à la recherche de réponses à ses questions. Ses ancêtres sont tous morts dans des conditions étranges, et la jeune femme devra explorer le manoir pour en découvrir tous ses secrets.

edith finch 2

L’originalité du jeu vient surtout du fait que chaque pièce du manoir dispose de sa propre atmosphère, et que le joueur apprendra ainsi à découvrir la personnalité et le passé de chaque membre de la famille. Très travaillés, les décors recèlent de détails et d’objets à découvrir. Si le joueur est pris par la main dans une aventure relativement dirigiste, le jeu lui laissera le loisir d’explorer chaque univers à sa vitesse.

Mais outre son scénario, c’est surtout la narration du jeu qui immergera le joueur dans un univers plein de charme. Une voix off racontera en effet l’histoire des lieux tout au long de la progression. Les paroles apparaîtront – traduites – à l’écran. Un choix audacieux de la part des développeurs, qui donne un cachet très particulier au jeu.

edith finch 3

Très contemplatif, le jeu se rapproche d’un récit fantastique interactif dans lequel le joueur prend pratiquement uniquement un rôle d’observateur. Pas d’énigmes à l’horizon donc, ni de séquences d’affrontements, puisque le jeu se veut une expérience sensorielle. Plusieurs séquences plus ludiques viendront entrecouper l’aventure, avec à la clé des mini-jeux rafraîchissants qui permettront d’en apprendre davantage sur chaque membre de la famille. Mêlant brillamment les genres, What Remains of Edith Finch reste toutefois davantage un formidable roman interactif qu’un jeu à très fort potentiel ludique.

On notera d’ailleurs qu’il ne faut qu’entre deux et trois heures pour boucler l’aventure, et que la replay-value est très faible. Pour autant, passer à côté de ce titre grandiose serait une très grosse erreur tant le jeu dégage une personnalité qui lui est véritablement unique.

edith finch 4

Personnalité qui est d’ailleurs fortement renforcé par l’extraordinaire character et level-design du jeu, et la formidable bande sonore – avec d’excellents doublages en anglais, et des sous-titres parfaitement traduits pour les anglophobes.

Certes, la réalisation graphique n’est pas parfaite. On remarquera facilement la grossièreté de certaines modélisations en s’an rapprochant de très près. Toutefois, la patte graphique unique du jeu, et l’expérience narrative qui est nous est ici livrée excuse facilement ces petits défauts. Expérience sensorielle extraordinaire, What Remains of Edith Finch est incontestablement l’un des meilleurs jeux indépendants de ces dernières années, et mérite le détour quelle que soit la plate-forme sur laquelle vous jouez.

Les + :

- La patte graphique du jeu
- La bande sonore, extraordinaire
- La narration, grandiose
- Une expérience unique
- L’univers du jeu

Les – :

- Faible replay value
- Une durée de vie très maigre (2 à 3h)

Conclusion

Si What Remains of Edith Finch est une expérience de courte durée et qui n’offre qu’une très faible replay-value, le jeu de Giant Sparrow n’en reste pas moins un titre incontournable. Les développeurs du jeu sont parvenus à concevoir une expérience sensorielle inédite, qui place le joueur au cœur d’une intrigue passionnante. L’immersion est renforcée par une narration grandiose. Contemplatif, le jeu se laisse parcourir avec curiosité et laissera une empreinte indélébile dans l’esprit de tous les joueurs.



17/20


Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>