Test – Constructor HD : le city builder à l’ancienne

Par posté le 8 août 2017

Sorti à l’origine en 1997 sur PC et Playstation, le jeu de construction et de gestion du développeur System 3 fait (presque) peau neuve sous les traits d’un remake sur PC et consoles current gen. L’occasion de se replonger dans un titre old school aux effluves de corruptions.

Constructor-HD

Comme tout bon city builder, Constructor propose une simulation de vie permettant de créer sa propre ville de A à Z. Outre le développement de votre communauté et la création de nouveaux bâtiments, vous devrez prendre en compte de nombreux paramètres tels que l’argent à votre disposition, les délais de construction ou encore l’activité économique de votre ville. Néanmoins, le titre du développeur britannique System 3 (certains d’entre vous se rappellent peut-être de The Last Ninja ou encore International Karate sur Commodore 64) ajoute une dimension chaotique et « illégale » à toute cette gestion. Les villes créées dans Constructor sont ainsi habitées de locataires continuellement insatisfaits et autres indésirables qu’il faudra, d’un côté, contenter et, de l’autre, éliminer ou utiliser pour survivre et faire chuter la concurrence. Nous y reviendrons plus loin.

Le jeu vous procure de base un QG à protéger d’où sortiront vos effectifs. Un contremaître accompagné de son équipe d’ouvriers vous permettra, après l’achat d’un terrain, d’y poser les premières fondations. Avant toute chose, vous aurez besoin de ressources et donc d’usines pour produire vos matériaux (d’abord une scierie, puis par la suite une cimenterie, une briqueterie, etc.). Une fois ces ressources produites grâce au labeur de vos ouvriers, vous pourrez entamer la construction de maisons et d’autres bâtiments. C’est alors qu’interviennent les locataires, votre principale source de revenus…et d’ennuis !

Constructor HD

Des locataires pénibles

Ceux-ci sont à attribuer à vos habitations afin que ces derniers vous versent un loyer ou, au choix, engendrent de futurs ouvriers ou habitants pour vous aider à faire grandir et remplir votre communauté. Le bien-être de vos habitants est ainsi primordial car un locataire heureux est un locataire qui procrée plus facilement ou paie son loyer sans rechigner. Ce qui n’est pas une mince affaire. En effet, ceux-ci passent le plus clair de leur temps à râler et exiger des améliorations à leur environnement.

Vous pourrez pour y pallier améliorer chaque pièce d’un bâtiment (ce qui influe sur leur durée de vie, leur niveau de stress, leur taux de natalité ou encore sur le nombre de réparations à effectuer), envoyer un réparateur préalablement sorti de votre QG ou céder aux moindres de leurs exigences (construire une haie de meilleure qualité, planter un arbre dans le jardin, stopper provisoirement la production de matériau causant du bruit dans le voisinage, etc.). Sans parler des invasions de cafards et autres apparitions de zombies suite aux décès de vos locataires !

Le temps passé à gérer ces aspects est si prédominant que vous passerez la plupart du temps à devoir gérer les plaintes des locataires plutôt que de gagner du terrain. On notera d’ailleurs des mécaniques répétitives et des cas de figure se renouvelant sans cesse, jusqu’à un certain agacement. Vous avez bien sûr la possibilité de prendre la décision d’expédier les plaignants mais cela ne changera pas grand-chose vu que les locataires suivants ne seront pas moins intransigeants. Chose importante : accumulez trop de plaintes, et c’est le Game Over assuré.

Constructor HD locataires

Une ville pourrie jusqu’à l’os

Si l’absence de scénario est propre à ce type de jeu, Constructor ne manque néanmoins pas de modes de jeu. Vous pourrez ainsi choisir parmi six différentes façons de jouer. « Bâtir à gogo » vous permet de construire librement sans limite de temps ; « Succès financier » vous fixe l’objectif de récolter 1 million de dollars en 40 ans sans contracter la moindre dette ; le mode « guerre » est concentré sur la lutte contre les concurrents ; « Ego mania » sur votre faculté à voir toujours plus grand (ville immense, plus d’habitants) ; « Hégémonie » vous impose d’acheter une résidence dans chaque quartier du monde à disposition et « Etat utopique » vous oblige à conserver la jauge de bonheur au-dessus des 90% de trois habitants de chaque type. Vu l’insatisfaction constante de ces derniers, il s’agit sans nul doute du mode le plus difficile du jeu. On vous conseillera avant tout de lancer le didacticiel, plutôt bien fait, et absolument indispensable pour s’y retrouver dans les menus et onglets.

En effet, Constructor affiche une interface plutôt austère même si agrémentée de nombreux raccourcis qu’il vous faudra maîtriser pour gérer rapidement et efficacement votre communauté. On signalera d’ailleurs au passage que la prise en main sera sans surprise plus aisée si vous optez pour le clavier plutôt que la manette.

Dans les modes dédiés de Constructor, un concurrent vous fait face et se répand à l’autre bout de la carte. Cet aspect, propice aux coups bas, est l’un des plus intéressants du titre et en fait véritablement tout le sel. C’est dans cette guerre contre votre rival qu’interviennent les fameux indésirables. Ces derniers peuvent être envoyés pour perturber le camp adverse et faire vaciller l’équilibre déjà précaire de la communauté. Par exemple, un hippie vous envahira de nuisances sonores en organisant une fête dans la rue. Des personnages plus crapuleux comme des membres de la mafia saccageront quant à eux les structures des habitations ou terroriseront les locataires. L’apparition de ces protagonistes est une incitation aux nombreux coups bas et autres magouilles dont fourmille le titre. Notons qu’un mode multijoueurs jusqu’à 4 est disponible.

Constructor HD indésirables

Le remake du pauvre

Les joueurs de la version sortie il y a 20 ans ne seront pas perdus face à cette réactualisation. Les mécaniques et l’atmosphère du titre ont été soigneusement conservées et Constructor dans sa version haute définition reste un city builder très complet au charme singulier. On regrettera néanmoins le manque de prise de risque général ainsi que le trop léger coup de pinceau, le tout restant bien en-deçà des standards actuels. On aurait apprécié plus d’efforts de ce côté même si la patine rétro et l’aspect visuel grossier fonctionnent plutôt bien vu le concept et l’atmosphère présente.

Les + :

- Une simulation riche
- L’ambiance chaotique et de corruption
- De nombreux modes de jeu

Les - :

- Un remake minimaliste
- Un trop léger coup de pinceau
- Une prise en main délicate, surtout au pad
- Des menus peu attrayants

Conclusion

Sorte de SimCity gangréné par les mafieux et autres indésirables, Constructor HD est un remake quelque peu daté mais dont les mécaniques raviront les amateurs de city builder old school. Très complet dans son aspect gestion/construction, le titre sort quelque peu du lot par son atmosphère chaotique et déjantée. Il est toutefois à réserver aux amateurs du genre, voire aux plus curieux.



11/20


Rédacteur freelance newbie sur les plateformes Geeko et Belgium-iPhone, je suis un cinéphile acharné ainsi qu’un authentique gamer, amateur de technologies. Trois noms incontournables qui ont forgé ma geekitude grâce à leur génie: John Carpenter, Shigeru Miyamoto et Steve Jobs.
Twitter : @SamuelTub

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>