Un Belge sur dix n’a jamais utilisé Internet

Par posté le 3 août 2017

Selon le SPF Economie, un Belge sur dix n’a jamais utilisé Internet et près de trois Belges sur dix n’utiliseraient pas encore la 4G.

 

Crédit photo : DR

Crédit photo : DR

La Belgique maintient son excellence en termes de connectivité en 2016, ressort-il du Baromètre 2017 de la société de l’information du SPF Économie présenté jeudi. Le pays reste toutefois à la traîne en matière de services publics numériques, dont les performances stagnent par rapport à 2015.

Le Baromètre, qui analyse les performances du pays dans un contexte national et international, donne un aperçu de l’évolution de la société de l’information. La Belgique s’est donné pour objectif d’atteindre le top 3 en 2020 de l’indice global Digital economy and society index (Desi). Celui-ci évalue les performances digitales en Europe et suit l’évolution des États membres de l’UE en termes de compétitivité digitale.

Même si son score (0,61) s’est amélioré en 2016, la Belgique recule d’une place pour se classer en 6e position. “Elle reste toutefois dans les neuf pays dont la performance est excellente selon la Commission européenne”, souligne Pierre Strumelle, du SPF Économie.

Le Baromètre se base, pour son évaluation, sur les cinq piliers numériques établis par le plan du gouvernement fédéral “Digital Belgium”, à savoir l’économie, les infrastructures, les compétences et emplois, la confiance et la sécurité et, enfin, les pouvoirs publics numériques.

Du côté des points positifs, le Baromètre relève l’excellente connectivité de la Belgique. Près de 100% de la population est couverte par la large bande fixe. Plus de 50% des entreprises disposent d’une connexion à haut débit rapide (égale ou supérieure à 30 Mégabits par seconde, Mbps), soit près de 19 points de pourcentage de plus que la moyenne européenne.

Une fracture numérique qui diminue lentement

Pour les ménages aussi, la Belgique se situe au-dessus de la moyenne européenne, avec 85% d’entre eux disposant d’une connexion internet. Elle fait toutefois moins bien que ses pays voisins, dont entre 86 et 97% des ménages sont connectés.

La fracture numérique s’amenuise par ailleurs lentement: 11,2% des individus entre 16 et 74 ans n’ont jamais utilisé internet. Elle est plus prononcée chez les femmes que chez les hommes.

Une progression est également observée du côté du commerce électronique, sa part augmentant dans le chiffre d’affaires des entreprises (28,6% en 2016 contre 25,4% en 2015). Près de 57% des personnes âgées de 16 à 74 ans ont effectué un achat en ligne. Un résultat en hausse, au-dessus de la moyenne européenne mais nettement inférieur aux pays voisins (entre 68 et 83%).

La Belgique doit par contre encore relever de nombreux défis afin d’atteindre son objectif.

Les pouvoirs publics numériques sont ainsi à la traîne. En 2016, seuls 54,9% des Belges ont utilisé internet dans leurs relations avec les services publics, ce qui place le pays à la 10e place des 28 pays de l’Union. Même si le pays se situe au-dessus de la moyenne européenne, deux de ses voisins (la France et les Pays-Bas) font nettement mieux.

Plus d’un tiers des Belges pas abonnés à la 4G

L’autre grande faiblesse du Royaume est le taux de pénétration de l’internet mobile à haut débit.

Si le taux de couverture de la population en 4G atteint 94,5%, classant la Belgique en 7e position (alors qu’elle se plaçait 18e en 2015), seuls 67,8% de la population disposaient en 2016 d’un abonnement à l’internet mobile à haut débit. “Ce qui vaut une mauvaise 23e place à la Belgique. Même si le pays est en constante amélioration dans ce domaine, nous ne parvenons pas à résorber notre retard sur les autres pays européens”, relève Pierre Strumelle.

L’utilisation des plateformes collaboratives, sur lesquelles des transactions sont réalisées directement entre le fournisseur d’un service et son utilisateur, était pour la première fois évaluée dans le Baromètre. Il en ressort que 8% de la population a utilisé au moins une fois ces services. La Belgique se situe ainsi largement en dessous de la moyenne européenne (17%) et de ses pays voisins (entre 12 et 36%).

“On est en train de rattraper notre retard“, a commenté Alexander de Croo, ministre de l’Agenda numérique et des Télécom. “La loi sur l’économie collaborative est entrée en vigueur en mars dernier et elle est fortement utilisée.” Quelque 18.000 personnes ont déjà été reconnues par le système, qui prévoit un prélèvement de 10% des revenus à la source.

Un autre point à développer est le fait que la Belgique manque cruellement de spécialistes dans les technologies de l’information et la communication (Tic): 59% des entreprises ayant recruté de tels profils ou tenté de le faire ont été confrontées à des difficultés, contre 46% en 2015.

Enfin, un dernier point d’amélioration réside dans “les prix relativement élevés des offres double et triple play (combinant les accès à internet, à la téléphonie et/ou à la télévision, ndlr)”, conclut Pierre Strumelle.

Belga

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Un commentaire

  1. TAMINIAU

    3 août 2017 at 13 h 16 min

    Et alors…? C’est une obligation…?

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>