Tesla débute la livraison de son nouveau véhicule électrique

Par posté le 29 juillet 2017

Le constructeur américain de voitures électriques Tesla joue gros vendredi avec la livraison des premiers exemplaires de son très attendu “Model 3″, qui devrait lui permettre d’accéder au marché grand public.

model3

Le société du milliardaire Elon Musk doit remettre les clés dans la soirée aux trente premiers acheteurs –des salariés de Tesla pour l’essentiel– lors d’une cérémonie dans son usine située près de San Francisco (ouest).

Plus petit et moins cher que les “Model S” et “X”, le “3″ se veut un véhicule milieu de gamme, entièrement électrique comme ses prédécesseurs et disposant lui aussi du système de pilotage automatique, qui rend la voiture partiellement autonome.

Il coûte 35.000 dollars, soit la moitié du prix de base du “Model S”. Sa batterie lui permet de rouler 350 km, contre presque 600 pour le modèle Tesla le plus puissant.

Elon Musk, également à la tête de la société SpaceX, avait annoncé au début du mois le lancement de la production, qui devrait atteindre 100 exemplaires en août et au moins 1.500 en septembre avant, a-t-il espéré, 20.000 par mois à la fin de l’année.

Le “Model 3″ représente une étape essentielle dans les ambitions de M. Musk, qui veut faire de Tesla, fondé en 2003, un constructeur de véhicules en grande série.

“La stratégie de Tesla est d’entrer sur le marché par le haut de gamme” puis “de se positionner rapidement plus bas, pour produire de plus gros volumes et baisser les prix à chaque nouveau modèle”, écrivait le milliardaire en 2006.

Selon les projections, le constructeur a vendu sur les six premiers mois de cette année entre 47 et 50.000 voitures dans le monde.

Avec le “Model 3″, il espère atteindre 500.000 voitures vendues en 2018 et un million d’ici 2020.

Par comparaison, les deux premiers constructeurs mondiaux, l’allemand Volkswagen et le japonais Toyota vendent chacun plus de 10 millions de voitures par an.

- L’iPhone de l’automobile? -

Un succès du “Model 3″ serait aussi de nature à rassurer les marchés: certains analystes s’interrogent sur les perspectives de croissance, estimant que la demande pour les “Model S” et “Model X” plafonne.

Mais, jusqu’à présent, la stratégie d’Elon Musk a payé: bien que la plupart des constructeurs proposent aussi des voitures électriques, Tesla règne aujourd’hui sur ce marché car il a su créer une “niche”.

Au point de disputer à General Motors, plus gros constructeur automobile américain, la place honorifique de première capitalisation boursière à Wall Street.

Le “Model 3″ a déjà fait l’objet de près de 400.000 précommandes, selon les derniers chiffres de Tesla.

A la fois électriques et partiellement autonomes, les Tesla combinent deux aspects considérés comme l’avenir de l’automobile, sur lesquels travaillent la plupart des constructeurs mais aussi des géants informatiques comme Google ou Apple.

L’analyste Gene Munster, du cabinet Loup Ventures, estime d’ailleurs que Tesla pourrait bien être l’Apple de l’automobile.

“Un jour on comparera le lancement du +Model 3+ à celui de l’iPhone, qui a déclenché une révolution dans les technologies mobiles”, estime-t-il.

- Batteries, solaire, navettes spatiales -

Selon M. Munster, Tesla aura un rôle central dans le changement de paradigme du secteur automobile vers les voitures électriques et autonomes.

Les voitures propres s’inscrivent dans la démarche environnementale qui guide une large partie des nombreux projets d’Elon Musk.

Présent dans l’énergie solaire, avec l’entreprise SolarCity mais aussi dans la conquête spatiale avec SpaceX, le milliardaire veut aussi mettre au point des batteries pour la maison.

Il a également relancé, sans y prendre part directement, le projet Hyperloop qui doit permettre de transporter à très grande vitesse des passagers dans des capsules circulant dans un tube à basse pression.

La montée en puissance de la production d’automobiles s’accompagne aussi de la construction d’une “giga-usine” de batteries dans le Nevada (ouest) dont la production doit débuter d’ici fin 2017.

Berceau de Tesla, la Californie continue à se positionner à l’avant-garde de la lutte contre le changement climatique malgré une administration Trump qui revient, entre autres, sur des seuils de pollution des centrales à charbon et véhicules adoptés pendant l’administration Obama, et qui a décidé de sortir les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat.

AFP

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>