Le célèbre navigateur a perdu 16 millions d’utilisateurs en un an. Tout comme son concurrent direct, Internet Explorer, Firefox pourrait avoir entièrement disparu du paysage d’ici cinq ans.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Un recul qui s’accentue

Autrefois incontournable, le navigateur Firefox a perdu au cours de ces dernières années plus de la moitié de son audience. Rien que cette année, Firefox aurait perdu 16 millions d’utilisateurs actifs – soit environ 22% de ses utilisateurs. Un recul qui aurait tendance à s’accélérer puisque l’an dernier, Firefox avait perdu 16% de sa base active d’utilisateurs, et les années précédentes la baisse était sous la barre des 10%.

Si le navigateur compte aujourd’hui encore une vaste clientèle, avec plus de 90 millions d’utilisateurs actifs à travers le monde, il cèderait régulièrement des parts de marché à son principal rival, Google Chrome, qui occupe aujourd’hui plus de 60% des parts de marché sur Desktop, et plus de 50% de parts de marché sur mobile & desktop.

desktop

L’ex Chief Technology Officer de Mozilla donne encore 5 ans à Firefox

Dans un message posté sur son blog personnel, Andreas Gal, l’ancien Chief Technology Officer de Mozilla déclare que “Chrome a déjà remporté la bataille” et que Firefox ne devrait pas survivre plus de cinq années.

Très pessimiste pour le produit dont il a pourtant défendu les couleurs durant des années, Andreas Gal pointe du doigt la politique de Google comme le principal vecteur de l’effondrement de Firefox. Selon lui, le géant du web abuse de sa position dominante pour imposer ses technologies auprès des consommateurs en faisant de la publicité pour Chrome sur Youtube, Gmail et sur ses nombreuses autres plates-formes.

Sur mobile, l’utilisation de navigateurs par défaut a également fortement affecté la progression de Firefox. Chrome reste de ce fait le navigateur le plus utilisé sur les smartphones Android, et Safari le navigateur incontournable sur iPhone. Si Firefox progresse sur le segment mobile, ses parts de marché restent négligeables.

Selon Andreas Gal, Mozilla n’aurait aujourd’hui plus aucun échappatoire. “Le seul échappatoire serait de pivoter vers un marché différent” – chose que Mozilla a déjà tenté avec Firefox OS, et qui s’est soldée également par un cuisant échec. “Ou créer un nouveau marché” – ce qui est malheureusement loin d’être une tâche évidente.

Aujourd’hui, Firefox génère toujours des revenus importants pour Mozilla, mais il se dirige progressivement vers une extinction” explique Andreas Gal.

Internet Explorer pourrait avoir disparu dans 2 ans

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Pour Andreas Gal, la situation serait encore plus critique pour Microsoft. Son navigateur Internet Explorer enregistre de régulières chutes du nombre d’utilisateurs et son nouveau navigateur, Edge, n’est pas parvenu à redresser le cap. Le fait qu’Internet Explorer ne soit pas mis en avant dans Windows 10 a indirectement accéléré l’effondrement des parts de marché de Microsoft sur ce segment. Selon Andreas Gal, Internet Explorer pourrait avoir entièrement disparu dans deux ans. Seul Edge subsistera alors, avec des parts de marché relativement modestes.

Assez paradoxalement, Safari ne devrait pas vraiment tirer parti de cette situation. Le navigateur d’Apple conserve des parts de marché relativement modestes et n’est disponible que sur les machines produites par Apple.

En pleine transition, le marché des navigateurs se dirige donc vers une situation de monopole qui tournera à l’avantage de Google. Une situation critique pour le consommateur qui risque d’être la victime collatérale de ses propres choix…