375.000 contraventions annulées par un robot

Par posté le 23 juillet 2017

Un entrepreneur britannique a lancé il y a deux ans un chatbot pour aider les internautes à contester leurs contraventions.

Crédit photo : Screenshot http://bit.ly/2twnX4H

Crédit photo : Screenshot http://bit.ly/2twnX4H

En Belgique, une contravention pour mauvais stationnement s’élève à 160€, si vous réglez de suite. Vous pouvez aussi contester la contravention si vous estimez qu’elle n’est pas fondée, en envoyant un formulaire qui sera examiné par le Parquet. Vous devez ensuite patienter pour savoir si votre demande est recevable, ou non. Ce genre de démarche semblait trop lourde pour Joshua Browder, un jeune entrepreneur britannique. En 2015, alors qu’il est encore étudiant à l’Université de Stanford, il crée Donotpay, un chatbot – qui vient de « chat » pour discuter et « robot » – pour conseiller les internautes lorsqu’ils souhaitent contester une contravention.

Concrètement, le chatbot pose une série de questions à propos de la contravention que l’internaute ne souhaite pas payer. Au fil des réponses et grâce à l’intelligence artificielle, Donotpay élabore une lettre de contestation sur-mesure que l’internaute n’a plus qu’à envoyer.

Joshua Browder estime que Donotpay répond à un besoin fondamental : Tout le monde déteste les contraventions de stationnement et les avocats coûteux. J’ai lu des cas malheureux où des personnes sans-abris reçoivent des contraventions (parce qu’ils vivent dans leurs voitures) et, de même, des milliardaires comme Steve Jobs ayant des amendes. En plus d’augmenter les chances de voir sa contravention annulée, le service permet en effet aux internautes d’éviter des frais pour les conseils d’un avocat.

Deux ans après son lancement, Donotpay a permis d’annuler 375.000 contraventions. Le créateur veut maintenant pousser le concept plus loin : En fin de compte, je veux que toute la loi soit gratuite afin que tout citoyen puisse avoir le même accès juridique que le plus riche de la société. De toute évidence, c’est un long chemin, mais c’est l’objectif.

Les internautes pourront donc bientôt faire appel à cet avocat virtuel et gratuit pour des conseils sur une procédure de divorce par exemple.

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>