Près d’un internaute sur deux a déjà été victime de cyber-harcèlement

Par posté le 16 juillet 2017

Près d’une personne sur deux a déjà fait l’objet d’harcèlement sur Internet.

Crédit photo : AFP Archives

Crédit photo : AFP Archives

Selon une enquête du Pew Research Institute, 41% des internautes déclarent avoir été harcelés sur le web. Selon la même source, seulement 35% des internautes reconnaissaient avoir été victimes de harcèlement sur Internet en 2014. Un constat alarmant donc, pour ce ce rapport, qui dresse un portrait au vitriol des internautes.

Le harcèlement touche les internautes personnellement

Les caractéristiques personnelles ou physiques alimentent en grande partie le harcèlement. 14% des internautes ont ainsi été attaqués par rapport à leurs opinions politiques et 9% déclarent avoir été harcelés sur leur apparence physique. 8% signalent que les attaques touchent leurs origines, autant que les personnes attaquées sur leur genre. Pour finir, 5% déclare que c’est leur appartenance religieuse qui a été critiquée et 3% ont été attaqués sur leur orientation sexuelle.

Si 5% des américains ne considèrent pas le harcèlement en ligne comme un problème majeur, 94% des américains sont au courant du phénomène. 62% considèrent qu’il s’agit d’un vrai problème de société.

8 personnes sur 10 estiment que la responsabilité d’intervenir en cas de harcèlement revient aux plateformes en ligne elles-mêmes. Pourtant, les internautes ont conscience de leur rôle : 60% d’entre eux placent le spectateur comme un acteur majeur pour lutter contre le harcèlement et 15% pensent que la pression entre internautes est le meilleur moyen de contrer ce harcèlement.

De nouvelles formes de harcèlement

Toutes les formes de harcèlement ont été prises en compte dans l’équation, des menaces aux joutes verbales, en passant par le harcèlement sexuel et les appellations offensives. L’étude a toutefois surtout mis en lumière cette nouvelle forme de harcèlement en ligne, qui fait aujourd’hui tant d’émules, le fameux “trolling”, qui consiste à provoquer intentionnellement quelqu’un.

Dans son étude, le Pew Research Center tient également compte du doxxing, une nouvelle méthode de harcèlement qui consiste à publier des informations personnelles de quelqu’un sans son accord.
Les réseaux sociaux sont le lieu privilégié du harcèlement : 58% des personnes harcelées confirment que le dernier incident s’est produit sur un réseau social.

Les plateformes en ligne, notamment les réseaux sociaux, ont mis en place des dispositifs pour contrer ce type de harcèlement. Instagram vous propose de signaler le compte et de bloquer la personne qui vous harcèle. Twitter utilise un algorithme pour automatiser sa modération et limiter le harcèlement de manière plus systématique. En plus de la possibilité de signaler un utilisateur, Facebook a mis en place le Centre de prévention contre l’intimidation, une plateforme de prévention contre le harcèlement en partenariat avec le Yale Center for Emotional Intelligence.

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>