Indicateurs fiables des tendances dans le secteur des télécoms, les festivals estivaux montrent cette année encore que le Belge est de plus en plus friand d’Internet mobile.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Si les opérateurs belges ne sont guère généreux au niveau des volumes en données mobiles avec leurs clients, les dernières statistiques montrent une hausse alarmante de la consommation en données mobiles en Belgique.

Chaque année, les festivals estivaux font office de grand baromètre de la consommation en données mobiles pour les opérateurs. Et qu’il soit chez Orange, Base ou Proximus, le Belge a tendance à utiliser de plus en plus son smartphone pour partager des photos sur les réseaux sociaux, communiquer avec ses amis ou surfer sur Internet. Lors du festival de Werchter, Proximus a ainsi enregistré une hausse de la consommation en données mobiles de près de 130% par rapport à 2016. Les festivaliers présents à Werchter auraient ainsi consommé plus de 15 Térabytes de données sur le réseau de Proximus, contre seulement 6,5 Térabytes l’an dernier. Une hausse alarmante de la consommation qui témoigne d’un intérêt de plus en plus prononcé du consommateur pour l’Internet mobile.

Selon Proximus, la tendance se vérifierait sur d’autres festivals. Au Graspop, la consommation aurait plus que doublé, tandis qu’au Doudou elle aurait même triplé.

L’opérateur s’attend à enregistrer un nouveau record de consommation en données mobiles au festival Tomorrowland dans quelques semaines.

Si les opérateurs avaient pris les devants en augmentant les volumes en données mobiles alloués à leurs clients juste à temps pour la période estivale, la hausse alarmante de la consommation en données mobiles en Belgique devrait logiquement les pousser à procéder à de nouveaux ajustements en fin d’année, voire dès la rentrée scolaire. Reste que pour les très gros consommateurs en données mobiles, l’offre en Belgique accuse toujours un très gros retard face à nos voisins…