Test – TomTom Adventurer : la montre des aventuriers

Par posté le 23 juin 2017

S’il existe aujourd’hui une large panoplie de montres connectées, toutes ne répondent pas forcément aux besoins des sportifs de l’extrême. La nouvelle montre Adventurer de TomTom devrait toutefois logiquement répondre aux attentes des aventuriers en herbe.

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Outre ses GPS, TomTom commercialise également une large gamme de montres connectées et désormais aussi de trackers d’activités, à l’image du TomTom Touch. Récemment, nous avons ainsi pu essayer la nouvelle TomTom Adventurer, une montre connectée pour sportifs et aventuriers qui se caractérise par sa conception robuste, son GPS et sa mémoire interne, qui permet de stocker sa playlist préférée directement sur sa montre.

Avant d’aller plus loin, il est toutefois essentiel de préciser que l’Adventurer n’est pas un produit qui se destine au commun des mortels ni aux utilisateurs ultra-connectés. Pas d’Android Wear ni de système d’exploitation ici puisque TomTom s’est contenté d’utiliser un logiciel très basique qui permet uniquement d’accéder à des fonctionnalités intégrées à la montre. Inutile d’espérer lire ses SMS sur la montre, répondre à un appelou commander un Uber depuis son poignet. La montre Adventurer est très clairement un objet qui se destine aux sportifs et aux randonneurs.

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Résistante aux chocs, la montre de TomTom est également étanche (jusqu’à – 40m!). L’accessoire prend la forme d’un capteur qui se glisse dans un bracelet en silicone – interchangeable donc. Globalement, le design n’est pas le fort de l’objet – un peu trop épais à notre goût. Toutefois, TomTom lui a donné une allure très moderne justement pour que la montre puisse être utilisée facilement même dans le cadre de son travail, et donc pas uniquement en randonnée.

Contrairement à l’Apple Watch ou aux montres sous Android Wear, la montre ne se contrôle pas avec des contrôles tactiles mais avec le petit pavé situé juste en-dessous de l’écran. En glissant son doigt sur les bords du pavé, l’utilisateur navigue dans les menus de la montre et accède à toutes les fonctionnalités.

Vu que l’objet est pensé pour les sportifs, l’essentiel des fonctionnalités de la montre s’adresse à ce public. On trouvera ainsi plusieurs modes de sports qui permettront d’analyser ses performances en course, en ski, à la salle de musculation ou en natation, mais aussi un lecteur de rythme cardiaque, un GPS, un compas et un baromètre pour la randonnée et, plus intéressant, une fonction d’exploration qui permettra de retrouver son chemin après une randonnée en pleine nature. Ceux qui ne connaissent pas très bien leur région pourront d’ailleurs faire confiance à leur montre pour découvrir quelques coins sympas, le système intégrant un certain nombre de recommandations.

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Si l’intégration d’un lecteur multimédia permettant d’écouter ses playlists préférées on the go sans devoir emmener partout avec soi son smartphone était plutôt une bonne idée, on regrette que le système ne supporte pas le transfert de fichiers musicaux depuis un smartphone – il faudra passer par une connexion câblée sur le PC -, et surtout que le système ne supporte pas non plus les applis de streaming comme Spotify ou Deezer. S’il y a 5 ans, le concept aurait fait fureur, le fait que le système ne soit pas connecté enlève aujourd’hui presque tout son intérêt – surtout lorsque l’on sait que de plus en plus de personnes ne possèdent plus d’ordinateur!

Pour le reste, l’application compagnon de TomTom reste très efficace et agréable à utiliser au quotidien – mais moins complète paradoxalement que celle d’un Fitbit par exemple…

Les +

- Le GPS intégré
- Pensé pour les randonneurs
- Un modèle résistant
- Pouvoir retrouver facilement son chemin

Les -

- Le lecteur multimédia “déconnecté”
- Un design un peu trop robuste
- La navigation via le pavé

Conclusion

Pensée pour les randonneurs et sportifs de l’extrême, la montre TomTom Adventurer est un objet d’une efficacité redoutable pour retrouver facilement son chemin, explorer de nouveaux sentiers et analyser ses performances sportives. Robuste, l’accessoire est véritablement pensé pour les sportifs, ce qui est à la fois sa plus grande qualité et son plus vilain défaut puisque la navigation dans les menus n’est pas des plus agréables et le lecteur multimédia intégré ne permet pas de lire ses playlists Spotify ou Deezer, ce qui est tout de même regrettable en 2017 – même si somme toute assez logique.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>