Justaucorps fluo en lycra, maquillage à la Ziggy Stardust et laque dans les cheveux, voilà ce qui attend les abonnés de Netflix vendredi 23 juin avec l’arrivée de “GLOW”, nouvelle série de la créatrice de “Orange is the New Black”, véritable ode au féminisme et aux années 80.

glow1

Après avoir transformé une mère de famille veuve en dealeuse de cannabis dans “Weeds” et placé derrière les barreaux une jeune femme de bonne famille dans “Orange is the New Black”, Jenji Kohan poursuit son combat féministe avec une nouvelle série, une nouvelle fois destinée à Netflix.

Comme pour ses deux précédentes comédies, la créatrice placera son héroïne dans un milieu totalement étranger et inhospitalier. Dans “G.L.O.W”, Ruth, une actrice au chômage incarnée par Alison Brie, tentera de relancer sa carrière en participant à un show télévisé dédié à la lutte féminine. Le Los Angeles des années 80 servira de décor à cette nouvelle série qui annonce des crêpages de chignons et des tenues fluo en perspective, le tout avec humour et un propos féministe.

Comme pour “Orange is the New Black”, Jenji Kohan se basera sur une histoire vraie. De 1986 à 1990, une telle émission était réellement diffusée à la télévision américaine, alternant entre combats, sketchs et chansons, sous le titre “G.L.O.W”, Gorgeous Ladies of Wrestling (“les magnifiques femmes de la lutte”).

La première saison, comprenant 10 épisodes, sera chapeautée par Liz Flahive, ancienne de “Homeland” et “Nurse Jackie”, et Carly Mensch, qui a déjà travaillé avec Jenji Kohan sur “Weeds”.

“G.L.O.W” marquera la deuxième collaboration entre Netflix et la créatrice, après “Orange is the New Black”, gros succès de la plate-forme dont la cinquième saison est disponible depuis le 9 juin dernier. Jenji Kohan a fait ses armes à la télévision aux débuts des années 90 en participant aux scénarios de nombreuses comédies comme “Le Prince de Bel-Air”, “Dingue de toi” ou “Sex and the City”.

AFP