A partir de ce jeudi, les Belges qui voyageront dans un autre pays de l’Union Européenne ne devront plus payer de frais de roaming. Nos explications en 10 questions.

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

Que sont les frais de roaming?

Il s’agit de frais qui sont appliqués en plus de l’abonnement mensuel du client et viennent donc gonfler sa facture téléphonique. Ces frais sont ajoutés à toutes les communications lors d’un séjour à l’étranger et varient d’un pays à l’autre. L’utilisateur est facturé pour “utiliser” le réseau d’un opérateur duquel il n’est pas client dans un pays autre que le sien.

Pourquoi l’Union Européenne les supprime-t-elle?

Parce que les frais de roaming forçaient de nombreux européens à se déconnecter du réseau une fois à l’étranger. Supprimer les frais de roaming devrait avoir des effets bénéfiques sur l’économie et grandement faciliter la vie des voyageurs. Réserver une chambre d’hôtel, trouver un restaurant ou commander une pizza sera désormais beaucoup plus facile. En faisant tomber toutes ces barrières, l’Union Européenne crée en réalité un marché numérique unique pour tous ses citoyens, qui seront désormais sur le même pied d’égalité.

Dois-je faire quelque chose pour désactiver le roaming?

Non, les frais d’itinérance seront automatiquement désactivés chez tous les opérateurs belges le 15 juin.

Comment serai-je désormais facturé, lors d’un séjour à l’étranger?

Les appels, SMS et Mo utilisés à l’étranger seront automatiquement déduits de votre forfait mensuel, ou facturés au même tarif qu’en Belgique en cas de dépassement du forfait.

Y a-t-il des exceptions?

Les opérateurs virtuels – ceux qui ne disposent pas de leur propre réseau – peuvent obtenir une dérogation auprès de l’IBPT pour imposer des limites d’utilisation quotidienne à leurs clients. Seul l’opérateur VOO a obtenu l’une de ces dérogations. Ses clients pourront passer 60 minutes d’appel, envoyer 60 SMS et utiliser 200 Mo de surf chaque jour, sans être sanctionnés. Au-delà de ce seuil, VOO leur facturera 1,2 cent par SMS supplémentaire, 0,7 cent par Mo de surf et 3,8 cents par minute d’appel.

Quels sont les pays concernés?

Tous les pays de l’Union Européenne, plus la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.

Chaque opérateur peut ensuite ajouter différentes destinations à son pack de base.

Quels pays ne sont pas concernés?

Les pays hors-Union Européenne, les DOM-TOM et les micro-états tels que le Vatican, Andorre et Gibraltar.

Le roaming sera-t-il d’application au Royaume-Uni après le Brexit?

Pour le moment, rien n’est encore certain. Toutefois, il est possible que les voyageurs européens qui se rendront au Royaume-Uni devront payer des frais d’itinérance, une fois le Brexit acté. Les premières indications laissent toutefois suggérer que les voyageurs seront exemptés de roaming pour les deux prochaines années.

Quid des appels internationaux?

Ils resteront facturés plus cher. Un appel passé depuis la Belgique vers un numéro italien sera toujours facturé au prix fort. En revanche, le consommateur ne devra plus payer d’extra lorsqu’il passera un appel depuis l’Espagne avec son numéro belge.

Les offres familiales sont-elles valables aussi à l’étranger?

Qu’il s’agisse de Tuttimus ou Orange Circle, les “packs” qui permettent aux membres d’une même famille de communiquer de manière illimité seront utilisables partout en Europe.

Et pour les autres avantages?

Chaque opérateur est libre de décider s’il souhaite activer certains avantages à ses clients à l’étranger. Ainsi, Proximus a choisi de permettre à ses clients d’utiliser leur “appli favorite” sans limite d’utilisation à l’étranger.