En plus du pistage sur Internet, Google est en passe de pister les achats hors ligne des utilisateurs. Le site américain a développé un système qui lui permet de suivre les achats que l’on fait en boutique via l’exploitation de certaines données de cartes bancaires. Un moyen supplémentaire de savoir si la publicité sur le Net provoque un achat dans la vraie vie.

10329145

La très grande majorité des revenus de Google ne vient pas de son moteur de recherche, mais presqu’exclusivement de la publicité. Au-delà de son site Internet, de Google Play, d’Android ou de quelques smartphones, c’est grâce à elle que Google fait son chiffre d’affaire. Rien que pour le premier trimestre de 2017, le mastodonte américain a connu une croissance de 22% sur son chiffre d’affaire par rapport au premier trimestre de 2016. Une hausse importante puisque celle-ci équivaut à près de 24,75 milliards de dollars.

Ces chiffres, Google les doit à un modèle économique très rentable mais très peu favorable pour ses utilisateurs. En effet, le groupe américain commercialise les données personnelles des internautes qui utilisent ses services. C’est ce qui explique sa gratuité. En utilisant son moteur de recherche ou autre, Google garde des traces des navigations et les revend aux plus offrants.

Mais Google veut aller encore plus loin. Sur le blog officiel de Google – Inside AdWords-, on peut en apprendre plus sur sa nouvelle trouvaille. L’idée est de savoir dans quelle mesure un internaute réalise un achat en boutique en fonction des publicités qu’il a rencontrées en naviguant sur le Web.

Le système complexe de Google ne mêlera plus uniquement le pistage en ligne, les données personnelles des utilisateurs, les publicités affichées en ligne. Dorénavant, il pourra compter sur les informations supplémentaires récoltées lors d’un achat en boutique par des tiers qui ont accès aux données de cartes bancaires. D’après la firme de Mountain View, il n’y aurait pas atteinte à la vie privée des utilisateurs puisque la firme utilise des formules mathématiques très complexes pour protéger leurs données.

Ces formules mathématiques devraient rendre totalement anonyme l’acheteur en chiffrant son identité, ainsi que l’article qu’il vient d’acheter et sa géolocalisation. C’est donc un chiffrement en double aveugle que Google aurait mis en place pour voir s’il y avait des corrélations entre les publicités rencontrées sur le Net et les achats effectués dans une boutique hors ligne.

C’est grâce à un partenariat avec des tiers ayant accès aux données d’achat que Google peut suivre plus de deux transactions sur trois payées par carte bancaire aux États-Unis pour le moment.

Un nouveau dispositif qui permettrait à Google de vendre encore plus d’emplacements publicitaires, mais c’est aussi intéressant pour les vendeurs. En effet, ceux-ci pourraient obtenir des statistiques sur la corrélation entre la publicité en ligne et les achats en boutique et adapter leur stratégie marketing.

Cela pose tout de même question en termes de sécurité et de confidentialité pour les utilisateurs, malgré les déclarations qui se veulent rassurantes de la part de Google sur l’anonymat du processus. On peut tout de même se demander si le chiffrement n’est pas réversible à la sortie tant au niveau de Google qu’au niveau des possibles piratages. Le cryptage incertain des données bancaires pourrait faciliter le travail des pirates ou, simplement, les appâter.