Test – Yooka-Laylee : le fils spirituel de Banjo-Kazooie

Par posté le 25 avril 2017

Imaginé par d’anciens développeurs de Rare – le studio de développement qui se cache derrière Banjo-Kazooie, Conker et Goldeneye 007 -, Yooka-Laylee est un jeu de plates-formes old-school qui séduira tant les plus jeunes que les joueurs nostalgiques. Explications.

yooka laylee

Tout jeune studio de développement fondé par d’anciens employés de chez Rare, Playtonic nous livre aujourd’hui déjà son premier jeu avec le sympathique Yooka-Laylee, un jeu de plates-formes old-school dans la plus pure tradition des Banjo-Kazooie et autres Conker.

Et dès les premières minutes de jeu, on se rend compte que Yooka-Laylee n’est ni plus ni moins que le fils spirituel de Banjo-Kazooie. Des menus aux musiques en passant par les bruitages, le style graphique, le gameplay ou l’univers coloré, tout, absolument tout dans Yooka-Laylee s’inspire de la glorieuse époque du studio de développement britannique, à l’ère de la Nintendo 64.

Après une courte vidéo d’introduction, qui permet au joueur de prendre ses repères, le joueur est invité à parcourir une petite aire de jeu qui lui permettra de se familiariser avec la prise en main du titre. Comme dans Banjo-Kazooie, le joueur incarne un duo de créatures au look résolument vintage, et aux aptitudes propres, qui coopéreront pour tenter de récupérer toutes les pages d’un précieux livre, dérobées par un dangereux tyran.

yooka laylee 2

Dès le premier contact, on se rend compte que le jeu a été conçu pour un public très jeune. Très facile d’accès, il prend véritablement le joueur par la main. Les fans des jeux Rare devraient toutefois y trouver leur compte puisque pour récupérer l’intégralité des pièces, il faudra tout de même un sacré doigté, et l’aventure reste globalement très agréable à parcourir. Au fil des niveaux, le joueur découvrira de nouvelles aptitudes du duo, mais aussi de nouveaux mini-jeux, qui lui permettront de varier les plaisirs en participant à des courses notamment. Combats de boss, exploration et séquences de combats sont bien sûr au programme. Toutefois, l’essentiel du gameplay repose sur une progression dans des niveaux à la verticale, et sur la précision des commandes. Si on regrette le manque de précision des commandes lors des séquences sous-marines, difficile de ne pas tomber sous le charme de notre duo de choc.

yooka laylee 3

Pour autant, difficile de voir dans Yooka-Laylee un sérieux prétendant au titre de successeur à Banjo-Kazooie. Car si le jeu de Playtonic Games reprend quasiment à l’identique le style des jeux Rare des années 90 et 2000, il est loin d’égaler l’excellence de ses références. Si tous les éléments d’un bon jeu Rare sont là, Playtonic Games manque le coche au niveau de la finition, en nous livrant un jeu trop plat tant au niveau de son gameplay que de son scénario. Si les deux personnages centraux sont attachants, ils sont également loin d’être aussi réussis que le duo Banjo/Kazooie, tant dans leur humour qu’au niveau de leurs aptitudes. Certains personnages secondaires du jeu pourraient en revanche parfaitement rejoindre le casting d’un Banjo-Kazooie. Néanmoins, l’inégalité dans le traitement des rôles, les faiblesses scénaristiques et la simplicité du gameplay montrent qu’il n’est pas si évident d’imiter le génie des développeurs de Rare. Trop inconsistant, le jeu manque également cruellement de maturité et certaines séquences comme les combats de boss sont très loin d’être à la hauteur de nos attentes.

yooka laylee 4

Sur le plan technique en revanche, Playtonic Games réalise presqu’un sans faute. Pour une petite production, Yooka Laylee impressionne avec ses graphismes colorés, ses vastes décors, sa bande-originale extraordinaire et ses bruitages rigolos. Certes, il manque la petite touche caractéristique aux jeux de Rare, mais le résultat n’est finalement pas mal du tout pour un nouveau studio de développement, qui n’avait qu’un budget limité pour le développement de ce projet.

On regrettera en revanche la durée de vie relativement limitée du jeu (5 niveaux, en ligne droite, c’est court!), et les quelques soucis de caméra rencontrés durant l’aventure. Celle-ci a de ce fait la fâcheuse tendance de se placer au mauvais endroit au mauvais moment, ajoutant une dose de complexité lors de certaines séquences exigeant plus de précision…

Les +

- Un côté nostalgique parfaitement assumé
- La bande sonore, extraordinaire
- Le gameplay caractéristique des Banjo-Kazooie
- Des mondes colorés
- Un jeu relativement simple d’accès

Les -

- Une durée de vie assez légère
- Un character-design assez décevant
- Quelques soucis de caméra
- Il manque ce petit quelque chose…

Conclusion

A défaut d’être une totale réussite, Yooka-Laylee n’en reste pas moins un sympathique jeu de plates-formes dans la plus grande tradition des jeux de Rare des années 90 et 2000. Délicieusement nostalgique, le jeu de Playtonic Games reprend quasiment à l’identique l’univers, le gameplay et la bande-sonore de Banjo-Kazooie, et les remet au goût du jour avec une réalisation graphique digne de ce nom. Simple d’accès, Yooka-Laylee est un titre qui se destine tant aux plus petits qu’aux joueurs nostalgiques. Le manque d’expérience des développeurs, et le budget limité du projet se fait toutefois ressentir dès les premières heures de jeu, nous rappelant que si Yooka-Laylee est bien le fils spirituel de Banjo-Kazooie, il ne parvient jamais à égaler le maître.



14/20


Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>