Les gouvernements de plus en plus enclins à débrancher Internet

Par posté le 17 avril 2017

Lors de la RightsCon, un événement organisé à Bruxelles qui réunissait des personnalités dans le but de discuter de l’avenir d’Internet, la rédaction de Geeko a rencontré des responsables de l’Internet Society afin d’en apprendre plus sur le futur, les enjeux et les dérives du web.

Crédit : D.R.

Crédit : D.R.

“Il y a de plus en plus de restrictions sur le web. Cela passe par des filtrages de contenus à des coupures complètes de l’accès à Internet” explique Constance Bommelaer de Leusse, directrice à l’Internet Society. Cette dernière est une organisation qui se définit comme une source indépendante, mondiale et digne de confiance en matière de politiques d’Internet notamment. En d’autres mots, ses membres étudient et s’interrogent sur l’évolution du web afin que l’innovation et les progrès sociaux qui en découlent soient toujours au rendez-vous.

Nicolas Seidler, conseiller pour la même organisation, prévient d’ailleurs que des situations semblables pourraient être d’application dans des pays européens : “On pense toujours que ce sont des pays dictatoriaux et très lointains du notre mais ce n’est pas vrai. Des rapports d’ONG nous prouvent que la tendance est à la hausse en ce qui concerne les restrictions liées à Internet”. Dans certaines régions du globe, il n’est pas si rare d’observer une coupure de connexion ordonnée par le gouvernement en place pour des raisons de sécurité. C’est notamment le cas au Cameroun où le gouvernement a décidé de bloquer l’accès Internet à deux régions.

Si la sanction peut paraître anodine, il faut rappeler que de nombreuses personnes utilisent en majorité les nouvelles technologies, et donc Internet, pour communiquer avec des proches et que d’autres ne peuvent s’en passer dans le cadre de leur travail, ce qui peut conduire à des faillites d’entreprises.

Crédit : Delphine Berger

Crédit : Delphine Berger

Quelles sont les solutions ?

“La première étape est d’éclairer l’opinion publique” souligne Constance Bommelaer de Leusse. D’ailleurs, la RightsCon a renforcé son opinion à ce propos : “On remarque qu’il existe un véritable intérêt qui émane des citoyens.”

Ensuite, les membres de l’Internet Society souhaitent une mobilisation des trois parties concernées, à savoir l’industrie, la communauté technologique et les politiques.

Et si, comme dit plus haut dans cet article, la tendance qui consiste à restreindre l’accès au web est en augmentation, Nicolas Seidler insiste : “On constate tout de même un retour à l’esprit d’ouverture qui était à l’origine de la création d’Internet. Les citoyens sont en train de s’approprier les grandes questions qui concernent le web. L’esprit d’ouverture contamine la population, ce qui est absolument nécessaire”.

Content Generator @Geeko, @BelgiumiPhone.
Twitter : @RmiLach

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>