Test – Kôna, enquête dans le froid glacial du Québec

Par posté le 10 avril 2017

Imaginé par un petit studio de développement canadien, Kôna est un jeu d’aventure qui emmène le joueur dans le froid glacial du Québec enquêter sur une série de disparitions mystérieuses.

kona

Parti enquêter sur une série de disparitions dans une petite bourgade du Québec, le détective privé Carl Faubert parcourt les routes du Québec en quête de son contact, un riche homme d’affaires qui l’a embauché pour cette affaire. A quelques kilomètres de sa destination, il a un accident avec un autre véhicule. Il se réveille alors en plein blizzard, et part à la recherche d’un abris.

Surfant sur la vague des jeux de survie, Kôna est un titre à l’ambiance et au design particulier, qui propose une expérience proche d’une œuvre cinématographique. Comme The Long Dark, le jeu se joue entièrement à la première personne, et plonge le joueur dans un vaste monde ouvert et enneigé. S’il partage certains éléments de gameplay avec les autres titres du genre, Kôna adopte toutefois une approche très différente puisque le joueur est ici plongé au cœur d’une enquête qui tend à tirer vers le surnaturel. L’atmosphère est lourde, pesante même, et le jeu réserve ses quelques moments de frisson. Mais dans l’ensemble, c’est surtout son scénario très mystérieux qui pousse le joueur à s’accrocher et à avancer dans l’aventure.

kona 2

Si le jeu se déroule en monde ouvert, et laisse au joueur la possibilité de mener son enquête de la manière qu’il souhaite, en choisissant de privilégier certaines pistes, les environnements ne sont pas aussi vastes qu’on aurait pu le penser et le titre se révèle donc plus dirigiste que prévu. Ce qui n’est en aucun cas un défaut. Car on le répète, la narration occupe ici un rôle central.

Au niveau de son gameplay, on se retrouve avec un jeu d’aventure se déroulant entièrement en vue subjective, globalement assez immersif, mais un peu mou du genoux. Logique, puisque c’est le genre qui veut ça. S’il vous arrivera d’affronter des loups, armé d’une simple carabine ou d’une hache, vous passerez le plus clair de votre temps à parcourir des lieux à la recherche d’indices et d’objets qui vous permettront d’avancer dans votre enquête – une clé pour ouvrir une porte, un code pour ouvrir une caisse enregistreuse, une buche pour allumer un feu et vous réchauffer, et j’en passe. Notre enquêteur est bien sûr équipé de quelques objets de base, comme un appareil photo, qui lui permet de capturer quelques clichés pour son enquête, ou une lampe torche, qui lui permettra de se repérer dans les caves et greniers – mais l’essentiel du gameplay se base sur cette recherche constante d’indices et d’objets.

kona 3

Par ailleurs, les développeurs ont eu la riche idée d’équiper le joueur d’un pickup, qui lui permettra de parcourir la carte plus rapidement, et d’éprouver par la même occasion de bonnes sensations de conduite sur des routes verglacées. Là encore, les décors grandioses du Québec, sa nature glaciale et ses nombreux mystères jouent de leurs charmes et parviennent à séduire le joueur, immergé dans un univers radicalement différent de ce qu’il a l’habitude de voir dans les titres à gros budget.

Certes, le titre aurait pu être visuellement plus abouti – ses graphismes sont très clairement très en deçà de ce qu’on est en droit d’attendre sur PC et consoles de jeu. Mais l’univers riche de Kôna, son intrigue et son gameplay en font un titre très agréable à parcourir. Qui plus est, la bande-sonore, avec un joli doublage québécois, exerce un certain charme sur le joueur, qui se laissera très vite conquérir par la richesse de l’univers de Kôna. Un titre à conseiller donc.

Les +
- Un univers riche
- Un scénario extraordinaire
- Une bande sonore qui a du charme
- La narration

Les –
- Des graphismes d’un autre âge

Conclusion

Franche réussite en dépit de ses graphismes d’un autre âge, Kôna est un excellent jeu d’enquête surnaturelle, qui plonge le joueur dans des décors dépaysants et livre une expérience narrative très riche. Un jeu très mystérieux, à la beauté cachée, qui méritera toute l’attention des joueurs à la recherche d’une expérience de jeu “différente”…



15/20


Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>