Youtube : un minimum de 10.000 vues pour faire de l’argent

Par posté le 7 avril 2017

YouTube a arrêté de placer des publicités sur des sites recevant moins de 10.000 visites pour tenter d’empêcher leurs propriétaires de gagner de l’argent par le biais de vidéos agressives ou piratées, a-t-il annoncé jeudi.

Crédit photo : AFP

Crédit photo : AFP

YouTube, qui appartient à Google, tente de faire face à un mouvement de désaffection des annonceurs qui ne veulent pas que leurs messages publicitaires soient affichés lors du visionnage de ces vidéos contestées.

“Ce nouveau seuil nous permet d’obtenir assez d’informations pour s’assurer de la probité du site”, a indiqué Ariel Bardin, responsable de la gestion produits chez YouTube dans un blog. “Cela permet également de nous assurer que ce site se conforme à nos règles éthiques et publicitaires”, ajoute-t-il.

YouTube prévoit également d’ajouter à ces mesures des procédures de pré-examen pour les “nouveaux créateurs qui veulent développer des sites générateurs de revenus”, a ajouté M. Bardin.

Après qu’un site a dépassé les 10.000 visites, les vidéos qu’il diffuse seront passées en revue pour vérifier si elles se conforment aux principes édictés par le site d’hébergement. Cela garantira que “les revenus n’aillent qu’aux créateurs qui jouent le jeu”, a affirmé Ariel Bardin.

Google avait annoncé lundi qu’il collaborerait avec des acteurs externes pour s’assurer que les publicités de ses annonceurs ne soient pas placées près de contenus polémiques, ses contrôles internes ayant déjà été renforcés grâce à l’intelligence artificielle après la fronde de plusieurs grandes marques. 

La filiale britannique de Havas, les banques RBS et HSBC, The Guardian, la BBC et même le gouvernement britannique, entre autres, ont décidé de suspendre leurs publicités sur plusieurs plateformes de Google, dont YouTube, après avoir découvert mi-mars dans The Times que leurs annonces étaient parfois placées en ligne à côté de contenus antisémites, incitant à la haine ou faisant l’apologie du terrorisme. 

Le boycott s’est étendu aux Etats-Unis, où les géants des télécommunications AT&T et Verizon ont également retiré leurs publicités. Une fronde particulièrement délicate pour Google puisque la publicité numérique est son principal moteur de croissance. 

AFP

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>