Des smartphones vendus avec un virus préinstallé – que faire?

Par posté le 15 mars 2017

Selon CheckPoint, 36 modèles de smartphones Android auraient été infectés par un virus dès leur sortie d’usine.

android afp

Selon le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint, de nombreux téléphones sur Android vendus en magasin et sur Internet auraient été infectés par un malware dès leur sortie d’usine.

Les fabricants de smartphones ne seraient aucunement impliqué dans la manœuvre. D’après CheckPoint, l’installation des malwares se ferait en amont, dans la chaine de production. Checkpoint pointe du doigt une large entreprise de télécommunications et une multinationale technologique, qui agiraient dans l’ombre et généreraient des revenus importants de ces activités illégales. Le spécialiste en sécurité informatique ne précise toutefois pas quels marchés sont concernés, ni les noms des entreprises impliquées dans ce nouveau scandale.

Au total, 36 modèles de smartphones Android seraient affectés, dont certains modèles très populaires auprès des consommateurs européens, comme le Galaxy S7, le LG G4 ou le Galaxy Note 2.

Les virus installés sur les appareils seraient de différents types. Certains se contenteraient d’afficher du contenu publicitaire sur l’écran de l’utilisateur, tandis que d’autres voleraient les données personnelles de l’utilisateur sans même que celui-ci ne s’en rende compte. Certains appareils seraient même livrés avec un “ransomware” préinstallé, qui chiffrerait les données du mobile et exigerait de son propriétaire un paiement pour les débloquer.

Et à en croire CheckPoint, il n’existerait actuellement aucune solution pour nettoyer les terminaux infectés, si ce n’est une réinstallation complète du système à partir d’une image système saine.

En revanche, il serait possible de savoir si son appareil a été contaminé par l’un de ces virus en installant un antivirus comme Lookout sur son mobile et en scannant son appareil. CheckPoint propose lui aussi une solution de scan, mais celle-ci semble connaître quelques problèmes de fiabilité pour le moment.

Pour ceux qui auraient été victimes de cette vaste arnaque, il serait à priori possible d’obtenir des dédommagements de la part des constructeurs. Mais encore faut-il parvenir à prouver la présence des malwares en question sur son mobile et surtout le fait qu’ils aient été préinstallés. En attendant la distribution d’un logiciel qui permettrait de détecter plus efficacement la présence des maliciels sur son mobile, mieux vaut donc éviter de s’agiter inutilement auprès de son revendeur…

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>