Moins de sexe, plus de smartphone

Par posté le 14 mars 2017

Selon une étude, les Américains auraient moins de rapports sexuels qu’il y a 20 ans. Le smartphone pourrait être l’une des causes de cette baisse de l’activité sexuelle.

Crédit photo : AFP

Crédit photo : AFP

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de San Diego a permis de mettre en lumière une baisse de l’activité sexuelle des Américains au cours des 20 dernières années. Dans les années 90, la moyenne était de 60 à 65 rapports sexuels par an et par couple. En 2014, ce chiffre était descendu à 53 rapports par an. Plus surprenant : la moyenne serait tirée par le bas par les jeunes couples. Les couples de plus de 70 ans auraient davantage d’activités sexuelles que leurs descendants. Et l’une des raisons évoquées par les chercheurs est l’hyper-connectivité des plus jeunes.

Facebook, Twitter, Netflix ou encore Spotify ont fortement modifié le comportement des plus jeunes, qui consomment désormais plus d’informations et contenu multimédia tout au long de la journée, et surtout dans une plus grande diversité de lieux. Avec Netflix, plus besoin d’être confortablement installé dans son fauteuil pour visionner un film, puisque l’utilisateur peut très bien choisir de visionner ses séries préférées dans son lit. Ces changements dans les comportements pourraient avoir impacté l’activité sexuelle des couples.

En Belgique, une enquête démontrait récemment que les Belges étaient très attachés à leur smartphone du lever au coucher et avaient tendance à davantage utiliser leur mobile tout au long de la journée. Dans cet ordre d’idées, près de 50% des habitants de notre pays estiment qu’il n’est pas impoli d’utiliser son smartphone au restaurant ou encore que 30% des participants l’utilisent pendant la nuit.

Les chercheurs de l’Université de San Diego estiment toutefois que la baisse d’activité sexuelle impacterait le plus les couples mariés. En moyenne, un couple d’Américains n’aurait plus que 56 relations sexuelles, contre 67 en 1989. Si les nouvelles technologies ont potentiellement affecté les habitudes des couples, il est également possible que la baisse du niveau de satisfaction personnelle et du bonheur des Américains soit en partie responsable de cette baisse d’activité sexuelle.

Notons par ailleurs que si l’étude permet de mettre en évidence une tendance générale, les données soumises par les auteurs de cette vaste enquête ne reflètent par exactement la réalité. Celles-ci ont en effet été collectées auprès d’un échantillon censé être représentatif de la population américaine. Cependant, l’enquête ne comprenait aucun couple homosexuel, et toutes les personnes interrogées n’avaient pas la même définition de “relation sexuelle”. Ainsi, si certains participants évoquaient uniquement le nombre de relations sexuelles avec leur partenaire, d’autres ajoutaient également la masturbation au tableau. Il est donc probable qu’une partie des données soient biaisées.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>