Test – Verdun : un jeu de guerre au réalisme saisissant

Par posté le 13 mars 2017

Disponible depuis un peu plus d’un an sur PC, Verdun débarque après plusieurs mois d’attente sur Xbox One et PlayStation 4.

verdun

A côté des Call of Duty et autres Battlefield, il existe également des jeux de tir à la première personne plus pointus, comme le sympathique Verdun. Développé par un studio indépendant, Verdun est un jeu qui nous plonge en pleine première Guerre mondiale. Ici, toutefois, pas question de prendre part à des missions scénarisées, ni à prendre le contrôle d’un avion de chasse ou d’un char. L’intégralité du jeu repose en effet sur des affrontements entre des escouades de fantassins dans des décors exigus. En l’occurrence, les fameuses tranchées.

Entièrement orienté vers le online, le jeu de Blackmill Games – un petit studio de développement néerlandais -, propose plusieurs modes de jeu. Toutefois, l’intégralité du concept repose sur le mode Lignes de front, un mode de jeu qui fait s’affronter les joueurs de deux factions (l’Axe et les Alliés) sur une ligne de front, qui évolue au gré des parties. Chaque partie est ainsi divisée en plusieurs séquences d’attaques et de replis stratégiques qui permettent aux deux forces de s’évaluer et d’évoluer sur le champ de bataille.

S’il est tout à fait possible de se la jouer solo, il est préférable d’agir en équipe, ne serait-ce que parce que lorsqu’on suit le chef d’escouade, on bénéficie de bonus très intéressants sur le champ de bataille. Le défaut, c’est que lorsque les balles fusent, le bataillon peut être rapidement décimé. Et c’est justement dans cette coopération que l’on se rend compte de toute la richesse stratégique du jeu. Agir en équipe devient vite primordial, et ceux qui chercheront d’ailleurs à s’écarter de leur groupe seront froidement abattus par leur capitaine. Car Verdun est bien plus dirigiste qu’il n’y paraît. La plupart des cartes s’architecturent uniquement autour des fameuses tranchées. En s’écartant de celles-ci, le joueur recevra un avertissement indiquant qu’il sera froidement exécuté quelques secondes plus tard s’il continue dans cette direction. Une arme à double tranchant donc pour les joueurs. Car tout l’objectif des développeurs est de pousser les joueurs au corps à corps et aux attaques groupées. Si la technique fonctionne plutôt bien avec des joueurs expérimentés, ceux qui débutent auront bien du mal à saisir le concept. Notons par ailleurs que les autres modes de jeu de Verdun n’ont que peu d’intérêt par rapport à ce mode de jeu principal.

verdun2

Là où le titre gagne de précieux points, c’est justement au niveau de son réalisme. Une balle bien placée suffit pour abattre un ennemi. Dans le même ordre d’idée, le joueur doit également prendre plusieurs autres aspects dans les affrontements. Quelles armes il utilisera au corps à corps, ou tout simplement combien de temps cela lui prendra pour recharger. Car ici, peu voire pas de mitrailleuses, mais de vieux fusils à la cadence très lente, et surtout les incontournables baïonnettes. Notons également la présence de gaz moutarde, qui forcera les fantassins à s’équiper rapidement d’un masque à gaz lors d’une attaque. Les bruitages, d’un réalisme à glacer le sang, plongent parfaitement le joueur au cœur du conflit. En revanche, les graphismes ne font pas vraiment honneur au jeu. Très pixellisés, les environnements souffrent également d’un level-design souvent bancal et le jeu souffre globalement de temps de chargement très longs. En d’autres termes, et n’ayons pas peur de le dire, Verdun est un titre qui ne se destine qu’à un public cible très particulier, et certainement pas aux mordus de Call of Duty et autres Battlefield. Le jeu n’a d’ailleurs strictement rien à voir avec Battlefield 1, tant sur le plan technique qu’au niveau de son gameplay. Beaucoup plus réaliste que son homologue de chez E.A., Verdun est un titre qui se destine avant tout aux passionnés d’Histoire et de conflits armés. Des remarques importantes à prendre en compte au moment de l’achat, pour éviter une cruelle déception…

Les +

- Un gameplay réaliste
- Le système d’escouades
- Plutôt stratégique

Les -

- Des graphismes d’un autre âge
- Les temps de chargement
- Un level-design peu inspiré

Conclusion

Ciblant un public très spécifique, Verdun est un jeu de guerre au réalisme saisissant, qui passionnera les amateurs de conflits armés, à la recherche d’un titre plus stratégique et technique que brutal. Se jouant exclusivement en ligne, le jeu souffre malheureusement de temps de chargement un peu trop longs et d’une réalisation datée… Inutile de préciser que vu le concept, mieux vaut l’essayer avant de passer à la caisse…

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>