Une journée mondiale sans Facebook pour lutter contre la pub et la cyberdépendance

Par posté le 28 février 2017

Les publicités ciblées sont de plus en plus présentes sur le réseau social.

Crédit photo : AFP

Crédit photo : AFP

Facebook est le réseau social le plus consulté. Fondée en 2004, cette plate-forme ne cesse d’enregistrer de nouveaux utilisateurs. Pour preuve, au quatrième trimestre de l’année 2016, on comptait près de deux milliards d’utilisateurs actifs et 349 millions, rien que pour l’Europe. Par jour, cela représente plus d’un milliard d’utilisateurs actifs.

C’est de cet état de fait qu’est née la journée mondiale sans Facebook. L’objectif, selon ses initiateurs, est de lutter contre la cyberdépendance. Les utilisateurs deviennent facilement accros à ce réseau social et Facebook n’hésite pas à en tirer profit en propageant de nombreuses publicités. L’initiative de cette journée vise donc aussi à lutter contre le nombre croissant de publicités qui reposent sur la revente par le réseau social des nombreuses données personnelles des utilisateurs à des régies publicitaires qui peuvent alors diffuser des publicités ciblées.

Certains tentent de mettre fin à ces pratiques mais sans succès. Par exemple, on peut régulièrement observer des utilisateurs poster des messages dans le but de protéger leurs données personnelles (comme le montre la photo ci-dessous). Cependant, cette initiative n’a pas de valeur et ne permet pas de stopper les pratiques de Facebook.

FB message fake

On peut lire ceci dans les conditions d’utilisation de Facebook : “Nous nous servons des informations à notre disposition pour améliorer nos systèmes de publicité et de mesure, ce qui nous permet de vous présenter des publicités pertinentes, au sein de nos Services ou en dehors, et d’évaluer l’efficacité et la portée de nos publicités et de nos services. En savoir plus sur la diffusion de publicités à travers nos Services et les différentes manières de contrôler la façon dont les informations vous concernant sont utilisées pour personnaliser les publicités que vous voyez.” Autrement dit, comme expliqué précédemment, Facebook s’appuie sur les données de l’utilisateur pour lui envoyer des publicités ciblées.

Ces conditions d’utilisation, il n’existe pas de moyen de s’y soustraire hormis celui-ci : ne pas s’inscrire sur Facebook.

Des publicités de plus en plus envahissantes

Comme dit précédemment, l’idée de cette journée repose sur la volonté de voir moins de publicités abonder sur Facebook. Rappelons d’ailleurs que le réseau social lance déjà directement les vidéos publicitaires quand l’utilisateur scrolle son fil d’actualités et sans qu’il n’ait besoin de cliquer sur la pub en question. Le réseau social va même très bientôt aller plus loin puisque les responsables de la plate-forme ont officialisé l’activation automatique du son pour les vidéos publicitaires.

Tout ceci est le résultat d’un plan dénommé “Video First” par les têtes pensantes de Facebook qui consiste à faire du réseau social un véritable centre de partages de vidéos.

Crédit:  Facebook

Crédit: Facebook

A cela, il faut bien évidemment ajouter les publicités apparaissant à droite du fil d’actualités dans un encart spécifique et, évidemment, les contenus sponsorisés, identifiables grâce au mot “sponsorisé” placé sous le nom de la publicité en question, qui se glissent dans le même fil d’actualités entre les posts des différents amis Facebook de l’utilisateur.

Limiter les publicités soumises à l’utilisateur

Si le fait de poster des messages comme celui mis en évidence précédemment ne permet pas de restreindre l’accès à vos données, il quelques manipulations pour limiter, dans une certaine mesure, le nombre de publicités ciblées.

Pour ce faire, rendez-vous dans les paramètres du réseau social en cliquant sur la petite flèche située en haut à gauche de votre écran. Ensuite, sélectionnez “Publicités”. Dans cet onglet, plusieurs options s’offrent à vous. Il vous est par exemple loisible de désactiver le fait de recevoir des publicités ciblées basées sur votre navigation sur le web.

Pub tuto

Facebook s’appuie également sur ce que l’utilisateur “aime” pour atteindre ses amis. Dans l’onglet “Publicités avec mes actions sociales”, il est donc conseillé de cliquer sur “Personne” en lieu et place de “Mes amis uniquement”. Cette manipulation empêchera Facebook de faire la publicité de ce que vous aimez auprès de vos autres contacts.

Enfin, toujours dans les paramètres de Facebook, l’utilisateur peut voir ce que les applications connaissent de lui. Concrètement, il devra cliquer sur l’onglet “Applications” (situé au dessus de “Publicités”). Là, toutes les applications sur lesquelles l’utilisateur s’est rendu sont visibles. Tout en bas de cette page, des options sont proposées comme celle qui permet d’empêcher vos “amis” d’accéder à vos informations lorsqu’ils jouent/utilisent la même application que vous.

pub applications

Ces différents procédés permettent donc de limiter le nombre de publicités ciblées basées sur les données personnelles de l’utilisateur mais pas d’empêcher Facebook de se servir allègrement de ces dernières.

Journaliste @Geeko, @BelgiumiPhone.
Twitter : @RmiLach

Articles similaires

Un commentaire

  1. localhost

    28 février 2017 at 14 h 26 min

    De Montesquieu nous avons appris qu’un régime démocratique se devait d’offrir une séparation entre les trois pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. A ce trio de base, on on a ajouté la presse comme 4eme pouvoir.

    Aujourd’hui il me semble que ce concept de séparation des pouvoirs devrait s’étendre aussi au pouvoir financier, au pouvoir d’intelligence ( intelligence dans le sens de la collecte d’information) et au pouvoir des algorithmes.

    Or l’horreur est nos portes. Zuckerberg a créé un monstre à plusieurs têtes ( Facebook, Instagram, Whatsapp, Oculus) qui cumule le pouvoir d’information (30 à 35% de la population s’informe via les réseaux sociaux), un pouvoir d’intelligence ( la masse invraisemblable d’informations personnelles collectées ou rachetées sur les gens, leurs déplacements, leurs intérêts, leurs achats…, régulièrement au mépris des lois), le pouvoir financier, et le pouvoir des algorithmes (le big data).

    La conjonction de tous ces pouvoirs au sein d’une seule entreprise privée crée une capacité de manipulation -personnalisée- de l’opinion publique inégalée dans l’histoire.

    Que le Zuck envisage une carrière politique devrait être le signal d’alarme pour ceux qui n’ont pas encore compris la nature du monde qui est en train de se construire: un monde fait de surveillance omniprésente, d’autocensure, de perte de vie privée. Et il faut sans cesse rappeler que sans vie privée, il n’y a plus de démocratie.

    Aujourd’hui il devrait être clair après le Brexit, Trump, ce qu’on a appris sur Cambridge Analytica que FB est un monstre qu’il faut combattre non pas un jour par an, mais tous les jours car il constitue une menace claire et précise pour nos systèmes démocratiques.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>