Faeria, un jeu développé à Liège, dépasse le demi-million de téléchargements

Par posté le 27 janvier 2017

Pas encore lancé officiellement, Faeria cumule pourtant déjà plus d’un demi-million de téléchargements.

Un jeu qui sort des sentiers battus

faeria

Véritable déclaration d’amour de deux développeurs pour les jeux de cartes, Faeria est un jeu de stratégie qui mélange habilement les genres en se reposant sur des mécaniques de jeu de cartes tout en se jouant sur un plateau de jeu de société. Plus stratégique qu’il n’y paraît, le titre tire surtout sa richesse de son univers coloré et de la richesse de son gameplay qui promet des affrontements très stratégiques entre les joueurs. Un projet ambitieux pour une petite équipe de développement basée à Seraing, en province de Liège.

Financé sur KickStarter

Si le concept du jeu est né en 2005, du fruit de l’imagination de Jean-Michel Vilain et Martin Pierlot, le projet ne prendra forme qu’en 2013, année au cours de laquelle le studio de développement Abrakam voit le jour. Fin 2013, les développeurs de Faeria marquent un grand coup en décrochant un financement de 93.000$ sur la plate-forme de crowdfunding KickStarter. Le studio reçoit également un financement d’un peu plus d’un million d’euros de fonds publics.

Le succès du projet sur KickStarter a poussé le studio à donner la priorité à ce titre. “La phase de développement sur PC a duré environ deux ans” explique Florent Dauvister, le Marketing Manager d’Abrakam. Contrairement à d’autres studios, Abrakam a opté pour un lancement en deux étapes avec la sortie d’un early access sur Steam en mars 2016.

Un succès planétaire

faeria2

Le jeu a immédiatement connu un très gros succès. En moins d’un an, il est parvenu à enregistrer plus de 500.000 téléchargements – et ce, alors qu’il n’est toujours pas finalisé. Les développeurs espèrent apporter la touche finale à leur jeu en mars 2017, avec le lancement officiel du jeu sur Steam – la boutique en ligne de Valve.

Selon les développeurs, le jeu conserverait d’ailleurs une solide base d’utilisateurs avec entre 20 et 25.000 joueurs actifs.

“Dans un pays comme la Belgique, où il y a très peu d’aides et peu de moyens, c’est vraiment un gros succès” explique Florent Dauvister. “Il y a quelques studios qui se débrouillent très bien, comme Larian par exemple, mais ils sont très peu nombreux.”

Un lancement sur iPad, iPhone et smartphones Android

faeria3

Aujourd’hui, le studio donne une priorité absolue au développement de son jeu et mise plus que jamais sur le mobile pour devenir incontournable. “C’est vraiment un concept de jeu qui se porte extrêmement bien sur mobile” précise le Marketing Manager d’Abrakam. “Le mobile, c’est devenu un marché très important au niveau du gaming, et en particulier sur ce genre de jeux.” Le succès de titres comme HearthStone n’a fait que renforcer le studio dans ses convictions.

C’est la raison pour laquelle Abrakam propose aujourd’hui une version iOS de son jeu réservée à l’iPad et au marché belge. Le titre aura droit à un lancement mondial sur iPhone et smartphones Android avant la fin du second trimestre 2017. Le studio ne communique toutefois pas encore de date de sortie définitive pour son jeu. Ce qui est certain, c’est que le titre offrira une fonction de “cross platform-play”. Concrètement, il sera possible d’affronter un joueur PC sur son smartphone. Abrakam ne cache pas non plus son intention de faire de Faeria un jeu incontournable dans le domaine de l’e-sports, en organisant des compétitions internationales et en mettant à disposition des joueurs de très gros lots à remporter.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>