Test – Steep : un soft qui atteint des sommets ?

Par posté le 11 décembre 2016

Depuis les SSX, les jeux de glisse ne font plus partie des priorités des éditeurs. Ubisoft a donc décidé de miser sur ce type de titres pour conquérir un nouveau segment du marché vidéoludique.

steep

La poudreuse se fait rare depuis plusieurs années sur consoles. Mais Ubisoft Annecy a décidé de combler ce manque en sortant “Steep”. Situé en France, le studio en question comprend des amoureux de montagnes enneigées. Un marché à prendre et des passionnés aux commandes, autant dire que tous les ingrédients nécessaires étaient réunis pour faire de Steep un jeu mémorable. Est-ce le cas pour autant ?

Un monde ouvert où le froid règne en maître

On commence avec une petite introduction en guise de mise en bouche où le personnage contrôlé reçoit des objectifs par oreillette. Très vite, par le biais de cette dernière, le but unique du jeu se dévoile : améliorer la réputation du sportif incarné. Pour ce faire, il vous faudra user de vos skis et de votre snowboard. Mais Ubisoft ne s’arrête pas là puisqu’il est également possible de profiter d’un parapente et d’un wingsuit. Ces différents équipements permettent donc de dévaler les montagnes de différentes façons et ont tous un gameplay adapté.

Concrètement, une descente en snowboard sera bien plus rapide qu’avec des skis. Concernant le parapente, la prise en main est particulière pour les records de vitesse. En effet, il faudra gérer le vent et même si c’est le cas, n’espérez pas atteindre une vitesse ahurissante, ce qui aura tendance à pousser le joueur à délaisser ce sport extrême. Le vol en wingsuit constitue, quant à lui, l’une des originalités du soft mais offre peu d’épreuves variées.

Toujours en ce qui concerne le gameplay, la réalisation d’une figure acrobatique (quel que soit le sport choisi), n’impliquera pas de marteler les différentes touches de la manette. De fait, le jeu s’appuie sur le timing et la manipulation des joysticks. Par exemple, un saut orchestré au bon moment suivi d’une orientation du joystick vers l’avant donnera lieu à un beau salto ! Si la manœuvre semble simple, il faut compter sur une caméra pas toujours bien positionnée, une difficulté aléatoire et sur plusieurs essais pour réussir à maîtriser l’art de ne pas tomber la tête la première dans la neige.

Steep_news-explore-mtn-header_271376

Justement, de la neige, parlons-en. Elle est belle, très belle même. Constat identique pour les montagnes : les sommets sont magnifiques ! Par contre, la végétation pèche au milieu de ces efforts esthétiques. Effectivement, il suffit de se rapprocher d’un arbre pour se rendre compte de la pauvreté graphique affichée par ce dernier. Alors oui, les décors sont essentiellement prévus pour y glisser à toute vitesse sauf que certaines épreuves vous demanderont de rejoindre un point et que pour ce faire, il vous faudra… marcher.

D’ailleurs, c’est l’un des aspects négatifs que comporte le titre. A plusieurs reprises, il est demandé au joueur de rejoindre un sommet par le ou les moyens qu’il désire utiliser. Si une partie du trajet est toujours réalisable en wingsuit, en parapente ou via l’un des deux autres sports, il s’avère que le gamer devra aussi marcher. Et ces phases peuvent rapidement devenir pénibles tant le jeu mise sur le réalisme que ce soit pour se déplacer ou pour effectuer une figure acrobatique. Il ne sera dès lors pas possible de courir dans la neige comme on le ferait sur une plage de sable fin, bien au contraire.

Or, les trajets peuvent être assez longs pour rejoindre l’un ou l’autre sommet au milieu desquels se trouve le joueur. Et comme dans tout monde ouvert, il pourra soit glisser/voler/marcher jusqu’au point de départ d’une épreuve, soit s’y téléporter en la sélectionnant sur la carte. Précisons que certaines ne seront pas visibles immédiatement et il faudra les débloquer en les repérant à l’aide de jumelles ou en réussissant d’autres défis préalables.

Si l’idée de cet open world est bonne sur papier, dans les faits, la carte est trop peu lisible pour en profiter réellement : les icônes sont bien trop petites et il est impossible de séparer les épreuves déjà réussies de celles auxquelles on n’a pas encore participé ou encore, d’afficher un seul type de défis. Dès lors, il devient vite complexe de se repérer au milieu de cette étendue blanche agrémentée de quelques points colorés minuscules. Cependant, il faut admettre que le monde ouvert de Steep permet de skier, notamment, sans avoir d’objectifs à accomplir hormis celui de se faire plaisir le long des pentes. Et ces dernières correspondent aux plus grands sommets d’Europe comme le Mont Blanc, Tyrol, Aiguille… Autrement dit, il y a de quoi faire dans cette zone géographique réadaptée pour l’occasion.

map

Au niveau de la durée de vie, une dizaine d’heures de jeu est requise pour débloquer toutes les épreuves et plus, si vous désirez acquérir tous les équipements, dénicher tous les lieux, etc. De fait, le joueur, en plus de gagner de l’XP, empoche de l’argent et, avec ce dernier, il peut acheter de nouveaux skis, bonnets, wingsuits et bien d’autres objets encore. Mais les achats permettent uniquement de personnaliser son avatar tandis que l’expérience engrangée ne servira qu’à débloquer de nouvelles zones. On aurait espéré une montée en puissance du personnage et des équipements présentant des spécificités propres, ce n’est malheureusement pas le cas. Dommage.

Des challenges entre amis !

Si certains points auraient mérité un meilleur traitement, d’autres n’ont pas été négligés. C’est le cas de la fonction Replay qui offre au joueur la possibilité de visionner ses exploits du jour. Aussi, vous pourrez solliciter vos amis en les mettant au défi. Battre vos performances ou vos records seront dès lors leur nouvel objectif. Ce qui allongera la durée de vie du soft.

Ces deux points (le Replay et les challenges entre amis) sont donc fortement appréciables et constituent deux des atouts de Steep.

Crédit : Ubisoft

Crédit : Ubisoft

Enfin, concernant les petits détails qui font d’un titre, un bon titre, on précisera que si le son est d’un très bon acabit, les dialogues, quant à eux, sont bien moins inspirés. Qui plus est, hormis le chargement initial lorsqu’on lance le jeu, il n’en existe pas d’autre. Réessayer une épreuve consiste dès lors à maintenir une touche et à se voir immédiatement téléporté sur la ligne de départ.

Les +

  • Le rendu graphique de la neige.
  • Les sensations de vitesse en snowboard et avec des skis.
  • Les replays et challenges entre amis.
  • Les sons inhérents aux paysages enneigés.
  • La possibilité de glisser sans objectif déterminé entre les épreuves.
  • Pas de temps de chargement au sein du jeu.

Les -

  • Le parapente : lent et vite lassant.
  • Les graphismes pas au top pour tous les éléments.
  • Pas d’évolution de personnages et d’équipements.
  • Une carte très mal pensée.
  • Difficulté irrégulière.

Steep contentera les accrocs de sports extrêmes mais même eux devront s’accommoder des soucis de caméra, de la difficulté accrue pour certaines épreuves, de la carte peu pratique… En d’autres mots, Ubisoft nous a concocté un bon jeu mais qui ne côtoiera pas les sommets vidéoludiques. En effet, chaque avantage du titre se retrouve accompagné de petits défauts qui empêchent Steep de devenir un incontournable du genre.



13/20


Content Generator @Geeko, @BelgiumiPhone.
Twitter : @RmiLach

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>