Wikileaks, le scandale des emails, les fuites de documents… Le web est à la une de la campagne présidentielle US. 

© AFP
© AFP

Hillary Clinton l’affirme : la Russie est derrière la fuite de documents qui mettent dans l’embarras le camp démocrate. Ces propos constituent la ligne de défense de la candidate depuis quelques semaines. De plus, selon les Etats-Unis, la Russie essayera d’influencer les élections américaines via du piratage informatique. Et NBC News met en avant le fait suivant : le pays prend cette allégation très au sérieux et s’attend à une possible attaque d’ampleur. Concrètement, les accusations vont plus loin puisque la Maison blanche accuse Moscou d’avoir déjà piraté des institutions politiques et d’y avoir dissimulé des malwares.

Les documents dénichés par NBC News font état de la planification d’une cyberattaque des USA à l’encontre de la Russie dans le cas où un nombre suffisant de preuves indiqueraient que le Kremlin prévoit effectivement d’influencer les élections via une tentative de hacking. Aussi, la source d’NBC précise que les Etats-Unis auraient déjà de quoi s’attaquer aux télécommunications, au réseau électrique et aux commandes d’armement russes. La demande émane de la Maison blanche et les cibles auraient donc déjà été choisies.

Il est difficile de dire à quel point ces menaces sont sérieuses et s’il ne s’agit pas d’une simple opération de communication mais si les informations recueillies devaient s’avérer véridiques, tout porte à croire que les deux pays se rendraient coup pour coup.

Rappelons qu’officiellement, ces deux pays ne se sont jamais hackés.