Une startup mise sur un canoë pliable et réunit plus de 230.000€ !

Par posté le 3 novembre 2016

Des startups, il en existe beaucoup mais certaines sortent du lot grâce à un concept innovant.

canoé

Des kayaks pliables, ce n’est pas nouveau. Pour les canoës, c’est une toute autre histoire. Surtout si le canoë en question est aussi résistant qu’un “non-pliable” et coûte moins cher que ce dernier. Bref, c’est l’histoire d’Onak Canoes.

Otto Van De Steene qui se trouve derrière le projet en explique le concept : “C’est un canoë pliable, ce qui permet de l’insérer dans une valise. On peut donc le transporter partout où on le désire !” Et il insiste sur le fait que le bateau ne perd rien de la rigidité requise pour naviguer afin de résister par exemple, aux contacts avec des obstacles comme des rochers. D’ailleurs, ce facteur ne fut pas aisé à améliorer. En effet, le projet a nécessité la construction de plusieurs prototypes. “Au début, le bateau n’était pas assez costaud. Il a donc fallu se baser sur des matériaux suffisamment fiables. Ça a demandé de la recherche…” Pour ce faire, ce designer graphique a donc dû beaucoup étudier et a été bien aidé par son collègue, ingénieur de formation.

Un autre point fort du projet ? Son prix ! “On peut maintenant acheter un bon canoë pour 2500€ et celui que l’on propose ne coûte que 1200€.” Cette diminution de prix est le fruit de nouvelles techniques de production qu’Otto Van De Steene définit comme étant très simples et qui ne reposent que sur des machines.

En résumé,  une rigidité adéquate, un prix défiant la concurrence, un avantage de plus sur cette dernière (le côté pliable)… La question que se pose alors le client est la suivante : quand commence la commercialisation ? “En mars 2017 !”

Des débuts tonitruants

Comme pour beaucoup de startups, il a fallu débuter par une recherche de fonds. Et dans ce domaine, Onak Canoes a réussi à se mettre en évidence. C’est le moins que l’on puisse dire puisque la startup a opté pour un kickstarter qui a atteint le plafond de 235.000€ . Ce qui a attiré la presse au point que “le Time Magazine a même écrit un article, c’était un peu fou !” 

Désormais, il faut produire et les commandes suivent déjà et proviennent “du monde entier”.

Quoi qu’il en soit, Otto Van Den Steene profite des différents salons technologiques pour faire connaître son produit et augmenter la notoriété de ce dernier ainsi que les commandes le concernant et, si la croissance continue de plus belle, on peut s’attendre à voir débarquer en nombre ce nouveau genre de canoës sur le marché.

Content Generator @Geeko, @BelgiumiPhone.
Twitter : @RmiLach

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>