Le géant du web présentait ce mardi son premier smartphone, le Pixel. Véritable vitrine pour les services de Google, ce smartphone sous Android est le premier d’un nouveau genre…

pixel by google

L’optimisation, au cœur de la stratégie de Google

Contrairement à Apple, Google ne concevait jusqu’ici pas de « hardware », mais uniquement du « software. » Là où Apple livrait chaque année une nouvelle version de son iPhone, généralement accompagnée d’une mise à jour de son système d’exploitation, la firme de Mountain View se contentait de déployer une mise à jour de son OS, que ses « partenaires » exploitaient selon leurs bons souhaits. Une stratégie intelligente, dans la mesure où le géant du web n’était pas spécialisé dans la fabrication de smartphones, et où il laissait ses partenaires prendre tous les risques… mais qui montre aujourd’hui ses limites. Car si le projet Android est un succès global – le système d’exploitation de Google garde une avance confortable sur iOS et a écarté tous les autres prétendants de la sphère mobile – les critiques à l’encontre du système d’exploitation restent nombreuses. Et pour cause puisque contrairement à Apple, Google concentre tous ses efforts sur l’aspect logiciel. Par conséquent, le hardware épouse rarement harmonieusement le software, et nombreuses sont aujourd’hui les voix qui s’élèvent contre les cycles de mises à jour désastreux des appareils sous Android et les nombreux bugs rencontrés dans l’interface.

Avec son Pixel, Google se décide enfin à sauter le pas et propose un produit qui épouse généreusement tous ses créations logicielles, pour notre plus grand plaisir.

Pas une révolution

Sur le plan du hardware, Google nous livre un appareil aux performances tout à fait classiques. L’entreprise a bien compris qu’il n’était pas nécessaire de jouer dans la surenchère. Son smartphone hérite donc d’une fiche technique de modèle haut de gamme tout en restant « abordable » au niveau prix. Pas d’écran 4K donc, ni de double-capteur photo, et encore moins de fonctionnalité révolutionnaire. Google nous livre un smartphone au format 5 pouces tout ce qu’il y a de plus classique, qui s’illustre principalement par la puissance de son processeur (Snapdragon 821, épaulé par 4 Go de RAM), qui garantira une fluidité exemplaire, et un APN frontal de 8 mégapixels, taillé pour les selfies. Si l’appareil photo dorsal – de 12 mégapixels – n’impressionne pas sur le papier, Google assure toutefois qu’il est équipé du meilleur capteur disponible actuellement sur smartphones.

Plus intéressant, le géant du Web n’hésite pas à se moquer généreusement d’Apple en mettant en avant la présence du fameux port jack et en introduisant trois coloris aux noms rigolos “Quite Black, Very Silver et Really Blue”.

Pour se rattraper, Google mise sur des spécificités plus pratiques. Il promet ainsi un système de recharge rapide, la compatibilité avec sa nouvelle plate-forme de réalité virtuelle “Daydream” – le smartphone est d’ailleurs taillé pour la réalité virtuelle -, et l’intégration du nouvel assistant personnel de Google, le Google Assistant.

Notons par ailleurs que Google proposera également une variante « XL » du smartphone, qui dispose d’une fiche technique un peu plus intéressante pour les geeks, avec notamment un écran plus grand (5,5 pouces) et à la définition supérieure (2560×1440).

pixel xl

Les services pour se démarquer

Mais le véritable faire-valoir du Pixel devrait venir des services embarqués. Avec Google aux commandes, on pouvait de ce fait s’attendre à retrouver toutes les applications de Google préinstallées sur ce smartphone. Les pros-Google ne seront pas déçus, puisqu’en plus des habituels Google Maps, Hangouts et Play Store, on retrouve les dernières applications du géant du web, en l’occurrence la messagerie Allo et le services Google Photos, pour lequel les acheteurs du Pixel se verront d’ailleurs offrir un abonnement illimité, pour stocker leurs photos en ligne en toute sécurité…

Autre originalité, Google permettra à ses clients de personnaliser leurs smartphones en se procurant une Live Case, une coque entièrement personnalisable, qui pourra être commandée directement sur le site du constructeur. Rien de vraiment neuf toutefois puisque les live cases étaient déjà proposées avec les appareils Nexus…

Du côté de la réalité virtuelle, Google promet des partenariats en série, des exclusivités (dont une expérience Fantastic Beasts, qui coïncidera avec la sortie du film), et des applications spécifiquement imaginées pour les propriétaires du Pixel.

La promesse de mises à jour récurrentes

Autre argument de vente pour Google, l’entreprise promet de mettre à jour son smartphone régulièrement, en proposant les dernières versions de l’OS et en garantissant des mises à jour automatiques pour tous ses services et applications. Au moment de sa sortie, le smartphone sera également livré avec Android 7.1 sous le capot. Une première!

pixel back

Le Google Pixel et le Pixel XL sont disponibles en précommande dès aujourd’hui aux Etats-Unis. Ils seront vendus respectivement 649 et 769$ aux Etats-Unis. Pour le moment, Google n’évoque pas encore une sortie en Belgique, mais, pour les intéressés, le Pixel devrait être disponible à la vente au Royaume-Uni et en Allemagne dès le 20 octobre prochain.