Test – Transformer Book T100HA, un ordinateur et une tablette à moins de 300 euros

Par posté le 27 mai 2016

Proposé à un tarif particulièrement attractif, le nouveau Transformer Book d’ASUS reste une valeur sûre pour tous ceux qui recherchent un modèle convertible et ont un budget trop serré que pour investir dans la Surface Pro de Microsoft…

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Arrivé en magasin avec plusieurs mois de retard sur l’agenda, le nouveau Transformer Book ne déçoit pas. La tablette hybride (et convertible) d’ASUS s’offre non seulement une jolie cure de jouvence sur le plan esthétique mais bénéficie en outre de jolies améliorations au niveau du hardware.

Avant d’aller plus loin, il est important de rappeler que le premier Transformer Book, sous Windows 8, était le premier modèle convertible à démocratiser une technologie qui était jusque là réservée aux modèles haut de gamme. Sorte de déclinaison low-cost de la Surface Pro de Microsoft, la tablette d’ASUS se caractérisait par le fait qu’elle embarquait une version complète de Windows 8 – et non pas Windows RT – et était livrée avec un clavier détachable. Sa petite sœur, le Transformer T100HA, reprend dans les grandes lignes le même concept, à ceci près que la machine tourne désormais sous Windows 10…

En trois ans de temps, ASUS a cependant eu le temps de revoir son modèle. Le Transformer Book de nouvelle génération est non seulement plus performant que son ainé, mais aussi beaucoup plus élégant. Si le clavier n’a pas beaucoup évolué, l’apparence extérieure de la tablette est beaucoup plus soignée, avec un boitier en métal couleur bronze du plus bel effet et des matériaux plus résistants.

Au niveau du hardware à proprement parler, la machine embarque un processeur quad-core, 2 Go de RAM, un contrôleur graphique Intel HD, un port USB 3.1, USB 2.0 et enfin un port microUSB qui sert pour le chargement de la machine. Vu le prix (environ 300€), il ne faut bien sûr pas s’attendre à pouvoir utiliser des logiciels exigeant de fortes ressources graphiques comme Photoshop ou des applications d’édition vidéo. Pour surfer, dactylographier un texte ou éditer des photos, le Transformer Book s’en sort en revanche très bien. Idéal pour les étudiants, l’ordinateur portable d’ASUS est non seulement d’une efficacité redoutable avec son clavier détachable, qui lui permet d’être utilisé à la fois comme outil de travail et outil de divertissement, mais aussi très endurante avec sa batterie qui lui permet de tenir près de 11 heures!

Crédit photo : E.F.

Crédit photo : E.F.

Certes, tout n’est pas parfait. On regrettera par exemple la définition de l’écran de 10,1″ (1280×800), pas franchement idéal pour regarder des vidéos ou retoucher des images, la puissance très limitée de la machine (globalement, identique à un smartphone de milieu de gamme) et l’espace de stockage alloué (seulement 40Go, heureusement extensible avec une carte microSD). De (gros) défauts qui rebuteront sans doute quantité d’acheteurs à sauter le pas. Mais ne nous leurrons pas. Le Transformer Book n’a jamais eu pour vocation de remplacer complètement un ordinateur. Il s’agit davantage d’un produit complémentaire destiné à vous accompagner en vacances, dans les transports en commun ou lors de longs trajets, voire d’une alternative (très bon marché) à un ordinateur portable à 400 ou 500€. Le rapport qualité / prix reste en effet excellent pour ce type de produit, et le Transformer Book remportera sans doute avec brio la plupart de ses bras de fer tant avec les PC portables bon marché de HP que la multitude de Chromebooks que vous croiserez en magasin…

Conclusion

A défaut d’être un outil de travail très puissant, le nouveau Transformer Book d’ASUS est une machine de substitution endurante, abordable et élégante, qui pourra remplacer un ordinateur de bureau pour les tâches les plus basiques (traitement de texte, surf, multimédia) et se révèlera même être un excellent outil de travail pour les étudiants. Vu son prix (environ 300€), il ne faut en revanche pas s’attendre à un monstre de puissance. Exit donc les logiciels d’édition vidéo et Photoshop.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>