Appsurdité? Une lecture marathon pour fustiger les conditions d’utilisation des apps

Par posté le 26 mai 2016

À quoi s’engage-t-on quand on télécharge une application sur son portable? Pour démontrer leur “absurdité”, des Norvégiens ont lu sans interruption les conditions générales d’utilisation d’une trentaine d’apps comme Tinder et Twitter, un marathon de près de 32 heures.

La lecture, qui concerne aussi YouTube, iTunes, Facebook, Gmail, Skype, Instagram, Netflix ou encore Angry Birds, a pris exactement 31 heures 49 minutes et 11 secondes. ©LDProd/Istock.com

La lecture, qui concerne aussi YouTube, iTunes, Facebook, Gmail, Skype, Instagram, Netflix ou encore Angry Birds, a pris exactement 31 heures 49 minutes et 11 secondes.
©LDProd/Istock.com

Quelque 260.000 mots ou 900 pages, soit plus que le Nouveau Testament: c’est ce que représentent les conditions d’emploi des 33 applications que l’on trouve généralement sur un smartphone norvégien sans que son propriétaire les ait lues en général, selon le Conseil des consommateurs.

Afin d’en démontrer la complexité, cet organisme public a demandé à des utilisateurs de se relayer pour en faire la lecture ininterrompue, un programme de “slow TV” “parfaitement ennuyeux” a reconnu l’organisme public qui l’a diffusé en direct sur son site.

“L’objectif est de montrer que les conditions d’emploi des services numériques, applications ou autres, sont déplorables”, a expliqué à l’AFP le responsable des questions numériques du Conseil, Finn Myrstad. “Elles sont beaucoup trop longues et inintelligibles”.

La lecture, qui concerne aussi YouTube, iTunes, Facebook, Gmail, Skype, Instagram, Netflix ou encore Angry Birds, a pris exactement 31 heures 49 minutes et 11 secondes.

“Imaginez si tous les utilisateurs qui ont un smartphone dans le monde devaient utiliser plus de 30 heures. C’est plus de quatre journées de travail rien que pour lire les conditions d’emploi sur un téléphone portable”, a souligné M. Myrstad.

Pour changer la donne, l’organisme recommande une simplification de l’exercice avec des conditions d’utilisation réduites à l’essentiel, écrites de manière structurée, concise et compréhensible dans une forme standardisée.

Parmi les conditions les plus problématiques, il pointe du doigt celles accordant une licence d’utilisation “perpétuelle” ou “irrévocable” à l’autre partie.

“Cela signifie en pratique que le contenu de votre app, que ce soit vos photos ou vos conversations, sont à jamais la propriété de l’entreprise. C’est totalement inacceptable et cela enfreint la loi européenne et norvégienne”, a affirmé M. Myrstad.

“Votre vie sentimentale est à vendre”, a également tweeté le Conseil des consommateurs, en affichant un extrait des conditions d’utilisation de Tinder montrant que l’application de rencontres a toute latitude pour utiliser les données recueillies.

L’organisme norvégien est en pointe sur les questions de confidentialité. Il a récemment épinglé l’application de rencontres en ligne française Happn et une autre app populaire parmi les joggeurs, Runkeeper, accusées de collecter et transmettre les données de leurs utilisateurs même lorsqu’elles sont inactives ou désinstallées.© 1994-2016 Agence France-Presse

AFP

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>