Selon Zuckerberg, 5 milliards d’êtres humains seront inscrits sur Facebook en 2030

Par posté le 5 février 2016

Si le réseau social Facebook ne compte “que” 1,6 milliard de membres aujourd’hui, Mark Zuckerberg entrevoit déjà un monde hyper-connecté, dans lequel presque tous les êtres humains auraient un profil Facebook en 2030.

Crédit photo : DR

Crédit photo : DR

Pour Mark Zuckerberg, le jeune fondateur et CEO du réseau social Facebook, Facebook devrait continuer à croître de manière exponentielle au cours des prochaines années et devenir un outil absolument incontournable pour l’être humain.

En 2011, le réseau social comptait “seulement” 750 millions de profils. Il s’approche aujourd’hui des 1,6 milliards de membres. Zuckerberg souhaite aller beaucoup plus loin en connectant pratiquement tous les êtres humains de la planète à son réseau social. Selon lui, Facebook pourrait compter 5 milliards de membres à l’horizon 2030, soit plus de la moitié de l’humanité, qui compte aujourd’hui un peu plus de 7 milliards d’âmes, et qui pourrait dépasser le cap des 8,5 milliards à l’horizon 2030.

“Nous voulons connecter tout le monde. Nous y parviendrons en collaborant avec des gouvernements et différentes compagnies à travers le monde” explique le fondateur de Facebook au journal USA Today.

Si l’expansion de son audience est d’une importance capitale pour ses revenus, Facebook souhaite surtout devenir un acteur incontournable dans le domaine de la publicité en ligne et ravir ainsi sa couronne à Google. Le groupe américain peut également compter sur la croissance de ses services-tiers, comme WhatsApp, qui vient de dépasser le cap du milliard d’utilisateurs actifs, Facebook Messenger qui se rapproche du milliard, et Instagram, qui figure parmi les applications les plus courtisées du moment.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires