La grand-messe des produits high-tech de Las Vegas fait la part belle aux drones cette année, mais une entreprise chinoise, appelée Ehang, sort largement du lot en proposant le tout premier drone capable de transporter dans les airs et de manière autonome un adulte de taille normale.

crédit photo : AFP
crédit photo : AFP

Le drone 184 AAV d’Ehang, présenté au CES 2016 de Las Vegas, mesure 1m84 de hauteur pour abriter un passager. Il dispose aussi de quatre hélices. Comme un hélicoptère, il décolle et atterrit à la verticale. Il est aussi doté d’une caméra d’atterrissage.

Mais cet appareil est avant-tout automatique. Son passager n’a qu’à entrer sa destination sur le tableau de bord du drone pour que celui-ci décide de l’itinéraire le plus sûr à emprunter. Il se limitera cependant à des vols courts, de 23 minutes maximum, et ne pourra pas dépasser l’altitude maximale de 3,5km. Contrairement aux drones télécommandés, pas besoin de notions de pilotages lorsqu’on prend place à bord du 184 AAV. Autre point fort : il est pliable pour faciliter son stockage.

Un avion sans pilote précédemment testé

Mais la popularité grandissante des avions sans pilote signera-t-elle la fin du bon vieux pilotage ? En 2015, CNN s’est fait l’écho d’un vol test effectué avec un avion Centaur quatre-places expérimental sans pilote. Ce test a été mené par la Federal Aviation Administration américaine. La grande différence avec le drone précité est que même si l’avion était automatique une commande extérieure était nécessaire. Le passager du drone chinois ne peut jamais prendre les commandes de l’appareil alors que lors du vol test de l’avion Centaur, le pilotage humain était proposé en option.

AFP