Smartphones : qu’est-ce qui a changé en cinq ans?

Par posté le 28 octobre 2015

On n’y pense pas forcément, mais en cinq ans, le marché du mobile a considérablement changé. De la 4G à la NFC, en passant par le chargement sans fil, les smartphones ont connu toute une série de révolutions technologiques. Petit tour d’horizon de tout ce qui a changé en cinq ans.

evolution smartphones

Des écrans toujours plus beaux et plus grands

En l’espace de cinq ans, les smartphones ont pratiquement gagné 2″ au niveau de la taille moyenne de l’écran, qui est passée de 4 à 5,5″ et même 6″ sur certains marchés. Ce gain substantiel de taille, que l’on peut parfaitement visualiser sur l’image présentée ci-dessus, a été accompagné par une forte hausse de la résolution de l’écran. En 2010, la plupart des smartphones affichaient une résolution ridiculement faible qui tournait autour de 480×800, pour une densité de pixels qui se rapprochait de 200PPI. Aujourd’hui, la plupart des modèles haut de gamme sont équipés d’un écran Full HD (1080×1920) ou Quad HD (1440×2560), pour des densités de pixels qui se rapprochent de 500PPI. Dans la pratique, cela signifie non seulement que nous disposons d’écrans beaucoup plus grands mais que nous sommes en mesure de visionner jusqu’à trois fois plus de détails que par le passé. La technologie s’est aussi beaucoup améliorée avec l’apparition d’écrans Super-Amoled qui restituent des couleurs beaucoup plus vives et réalistes que par le passé.

Des appareils plus résistants

Si les smartphones de nouvelle génération n’égalent pas encore le légendaire Nokia 3310 pour ce qui est de la résistance, de très gros progrès ont été réalisés au niveau du boitier, qui a de plus en plus tendance à intégrer des composants métalliques extrêmement résistants aux chocs. Grâce à la technologie Gorilla Glass 4, les écrans de smartphones sont également moins susceptibles de se briser ou de se griffer. Certes, le résultat sera toujours identique en cas de chute de plusieurs mètres, mais pour ce qui est des plus petits chocs et des griffures superficielles, nos smartphones sont désormais équipés d’écrans qui sont censés mieux résister aux agressions extérieures.

La 4G

En 2010, la plupart des smartphones en circulation étaient équipés d’une puce 3G. Aujourd’hui, la 4G est devenue la nouvelle norme. Avec des débits beaucoup plus rapides, la 4G permet d’ouvrir une page presqu’instantanément, de télécharger des applications, jeux et films en quelques secondes, et de jouer en ligne sans devoir supporter des ralentissements. Paradoxalement, si la vitesse du réseau a évolué, les forfaits à disposition des consommateurs ne permettent pas de tirer parti de ce gain substantiel de vitesse… Sur ce point, remerciez les opérateurs pour leur générosité.

Des appareils photos plus performants

Avec un capteur frontal de 0,2 mégapixel et un capteur dorsal de 3 à 5 mégapixels, les smartphones de 2010 ne permettaient pas vraiment de ramener des souvenirs mémorables de vacances. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis puisque les smartphones sont aujourd’hui tout à fait capables de remplacer un appareil photo compact. Outre un gain important dans la résolution des images (jusqu’à 21 mégapixels!), les capteurs ont surtout bénéficié de nombreuses améliorations au niveau des performances en basse luminosité. Le selfie est également devenu au fil des années une véritable tendance sur laquelle surfent désormais tous les constructeurs. Enfin, la plupart des smartphones sont désormais équipés d’optiques stabilisées et sont capables de filmer en 4K.

L’USB réversible

S’il n’a été adopté que par une minorité de constructeurs, l’USB de type-C “réversible” n’en demeure pas moins une révolution pour le secteur des télécoms. D’une part parce qu’il permet des taux de transfert beaucoup plus importants. D’autre part parce que l’utilisateur ne doit désormais plus se soucier du sens du connecteur qui vient se loger dans le port microUSB du smartphone. Comme le connecteur Lightning d’Apple, l’USB de type-C est en effet réversible.

Un chargement beaucoup plus rapide

En 2010, la plupart des propriétaires de smartphones rechargeaient leur mobile durant la nuit. Recharger intégralement son smartphone prenait entre deux et trois heures, selon le modèle. Aujourd’hui, les smartphones équipés d’un système de recharge rapide peuvent être intégralement rechargés en un peu plus d’un heure, et atteignent plus de 60% de leur batterie en moins de 30 minutes. A cela s’ajoutent bien sûr d’autres évolutions majeures, comme le chargement par induction – sans fil -.

Des smartphones beaucoup plus puissants

Cinq générations de smartphones séparent le Galaxy S du Galaxy S6 edge+. Au cours de son périple, le flagship de Samsung a gagné 7 cores et 3,5 Go de RAM. C’est bien simple, une smartwatch est probablement plus puissante que le smartphone à 600€ que vous vous étiez procuré en 2010. Ce gain de puissance a permis aux développeurs de concevoir des applications tirant parti des capacités des smartphones de nouvelle génération, mais aussi d’intégrer un mode multitâche, et de jouer à des titres aux performances visuelles quasi équivalentes à celles des consoles de jeu. Aujourd’hui, un smartphone haut de gamme est pratiquement aussi performant qu’un ordinateur datant de 2013.

L’identification biométrique

Des capteurs d’empreinte digitale aux systèmes d’identification visuel par scan de la rétine, les systèmes d’identification biométrique sont devenus un véritable moteur pour l’industrie du mobile. S’ils n’apportent pas forcément plus de sécurité – l’utilisateur a toujours besoin d’un code PIN, piratable, au même titre que l’empreinte digitale -, ils permettent de s’identifier beaucoup plus rapidement et simplifient ainsi la vie de tout un chacun. Contrairement au code PIN, qui peut être facilement deviné par un proche, l’empreinte digitale est unique et est donc censée améliorer la sécurité au sein du cercle familial.

Des interfaces plus jolies

La plus grosse évolution reste cependant logicielle puisqu’en cinq ans, les interfaces utilisateurs, applications mobiles et surcouches Android ont beaucoup évolué. Au fil des années, le Material Design s’est également imposé comme le style incontournable. Les interfaces surchargées ont par ailleurs petit à petit laissé leur place à des interfaces beaucoup plus sobres, dans le plus pur style d’Apple…

Ce qui n’a pas évolué…

Paradoxalement, l’autonomie reste le plus gros défaut des mobiles, qui peinent encore et toujours à dépasser le cap de la journée complète avec une seule charge. Les écrans de plus en plus énergivores, les processeurs de plus en plus puissants et des connexions de plus en plus nombreuses n’ont malheureusement pas amélioré la situation au fil des années, malgré un gain important de capacité de stockage. Autre point surprenant, la plupart des standards en place en 2010 sont toujours là. On aurait ainsi pu espérer que le MP3 disparaisse au profit du FLAC, ou qu’Apple se décide à abandonner le port Lightning, mais il n’en est malheureusement rien. Enfin, et c’est sans doute le point le plus troublant, la capacité de stockage des smartphones n’a pratiquement pas évolué… Si certains constructeurs proposent désormais 32 Go d’espace de stockage par défaut, la plupart continuent de proposer des appareils équipés de 16 Go d’espace de stockage, ce qui est tout bonnement ridicule lorsqu’on se rend compte que la plupart des jeux pèsent désormais près d’1 Go… Pour ne rien arranger à la situation, on remarque que le port microSD est aujourd’hui en voie de disparition!

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires